Budget 2020 : les Sénateurs soumis à un train d’enfer

0
183

Contrairement à leurs homologues de l’Assemblée nationale, qui ont bénéficié des semaines pour examiner et éventuellement corriger et enrichir le projet de budget 2020, les Sénateurs n’auront pas cet avantage faute de temps. Car, ils sont en quelque sorte soumis à un marathon pour examiner et adopter ce projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2020 que le Premier ministre leur a présenté hier.

         Cela s’explique par le fait qu’après la réplique du chef du gouvernement ce mercredi 11 décembre aux préoccupations lui exprimées par les intervenants la veille, les membres de la commission Ecofin du Sénat se mettront immédiatement au travail. Ils auront, en effet, l’après-midi de ce mercredi et la journée de demain jeudi 12 décembre pour faire le travail parce qu’ils devront présenter leur rapport à la plénière qui sera convoquée le vendredi. L’heure de cette dernière, a expliqué le président de la Chambre haute, Alexis Thambwe Mwamba, dépendra de celle du Congrès parce que le Président de la République devrait faire son discours sur l’état de la Nation le même vendredi devant les deux chambres du Parlement. La plénière du Sénat pourra intervenir soit l’avant-midi, soit l’après-midi. Tout dépendra du programme du Congrès.

         Pour revenir à la séance plénière d’hier mardi, il convient de relever qu’il n’y a  pas eu de débat sur la reddition des comptes du budget de l’Etat de l’édition 2018 bien qu’inscrit à l’ordre du jour comme premier point à traiter. Il a été décidé d’envoyer immédiatement la matière à la commission économique, financière et de la bonne gouvernance, afin que celle-ci en fasse le rapport à la plénière. Raison : il fallait se consacrer à l’examen à l’examen de budget de l’exercice 2020.

         Après un débat houleux, au point qu’une pause a été décrétée, tout a été dit et aucune rubrique n’a échappée soit à la critique, soit à l’observation ou suggestion suivant la tendance politique des intervenants.

         Au finish, un délai de 24 heures a été accordé au Premier ministre, à sa demande, pour lui permettre de préparer ses réponses. C’est donc aujourd’hui que Sylvestre Ilunga Ilunkamba est attendu pour apporter des éclaircissements aux préoccupations des membres de la Chambre haute du Parlement.

Contrairement aux calculs et pronostics que les uns et les autres se faisaient en fonction du temps qui reste pour clôturer la session parlementaire de septembre dite budgétaire, il n’y aura pas de session extraordinaire. Tout dans le laps de temps qui reste. Ce qui devait être réglé, au regard du volume de travail qui les attend, que les sénateurs sont soumis au marathon pour examiner et adopter le projet de budget déjà entériné par les députés en première lecture.Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •