Budget 2015 : les partenaires sociaux, techniques et financiers ont balisé la voie

0
49

Après 3 jours des travaux, les rideaux du séminaire d’orientation budgétaire de l’exercice 2015 sont tombés hier mercredi 30 juillet 2014 à Sulutani Hôtel à Gombe. Les participants ont travaillé d’arrache-pied en atelier constitué de 13 groupes hétérogènes (experts sectoriels, membres de la société civile, PTF, syndicats), alors que leurs échanges ont porté essentiellement sur les recettes de chaque secteur, les mesures fiscales envisagées ainsi que les actions phares de leurs politiques et le mode financement de celles-ci. En somme, soulignons-le, certains sectoriels ont confirmé la programmation reprise dans la « Programmation Budgétaire des Actions du gouvernement »(PBAG), d’autres par contre l’ont amendée.

            Les participants ont ainsi émis quelques recommandations sur plusieurs matières notamment la planification, le financement des actions du gouvernement, mise en œuvre des actions du PAG, infrastructures, défense, justice, tourisme, etc.

            En matière de planification par exemple, ils ont souligné la nécessité d’éviter de faire toujours table rase des plans nationaux existants en matière de planifications en RDC ; la nécessité d’associer les provinces dans le séminaire d’orientation budgétaire pour la prise en compte des besoins de l’ensemble des couches sociales du pays ; la nécessité pour le gouvernement de viabiliser la vision de la révolution de la modernité, qui implique un pays moderne à l’instar de certains pays du monde qui disposent des voies de communication comme les routes, le chemin de fer, l’électricité, etc.

            Concernant le financement des actions du gouvernement, la première recommandation est l’organisation d’une table ronde des recettes pour proposer des pistes de maximisation des recettes et de lutte contre la corruption. Puis, le contrôle des régies financières ; le suivi efficace ; la nécessité d’évaluer au préalable l’investissement minier et d’hisser la production pétrolière de la RDC à plus de 25.000 barils par jour, une quantité qui date de plus de 30 ans !

            Au sujet des infrastructures, les séminaristes ont noté la nécessité de tenir des assises pour déterminer les coûts réels par kilomètre de route ; l’amélioration des crédits alloués au secteur.

            En matière de défense, ils ont été unanimes sur la révision des crédits alloués pour tenir compte de la réalité du secteur  et la nécessité d’évaluer de manière exhaustive les investissements en s’appuyant sur la commission en charge des infrastructures des FARDC.

            A propos de la justice, il a été opté la nécessité de ressortir dans la nomenclature budgétaire les actes générateurs du secteur et la nécessité de sécuriser les imprimés de valeur. En matière de tourisme, ils évoqué la nécessité de réhabiliter les actes omis dans la nomenclature budgétaire, à savoir redevances sur les nuitées hôtelières et redevances sur les repas et boissons ; la nécessité d’intégrer les actes innovants dont la redevance sur le voyage lacustre et la redevance sur les agences de facilitation ; etc.

            Présent à cette cérémonie, le Vice-premier ministre en charge du Budget, Daniel Mukoko Samba, a salué les partenaires sociaux, techniques et financiers qui ont consacré trois jours de dialogue afin de faire des choix judicieux des politiques publiques. Il a ainsi réitéré l’engagement du gouvernement de déposer le projet de loi de finances 2015 dans le délai constitutionnel. En définitive, il les a invités à suivre et contrôler l’action du gouvernement, mais également de continuer de participer à sa mise en œuvre.

TshiekeBukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*