Bras de fer entre le VPM de l’Intérieur et les gouverneurs de province : vers des Etats autonomes en RD Congo ?

0
221

Aucun des gouverneurs de provinces visés dans le télégramme du vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, daté du 03 octobre 2019, les sommant d’annuler leurs arrêtés de nomination des Commissaires spéciaux, Maires et Maires adjoints, Administrateurs de territoires et Administrateurs de territoire adjoints, Bourgmestres et bourgmestres adjoints, Chefs de secteurs et Chefs de secteurs adjoints, ne s’est jusque-là exécuté. Alors que l’on s’attendait à ce qu’ils accordent le bénéfice de l’urgence à l’injonction de leur hiérarchie, ils viennent de surprendre l’opinion nationale par une réplique qui a tout l’air d’un acte de rébellion.

                  En effet, dans une lettre adressée récemment au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, un collectif d’autorités provinciales lui fait savoir qu’il n’y a pas violation de la Constitution et les arrêtés attaqués devraient rester en l’état jusqu’à l’organisation, qu’ils prétendent imminente, des élections locales. En clair, ces gouverneurs de provinces n’ont nullement l’intention de faire marche arrière.

Le constat à faire, face à cette désobéissance collective et publique, est que si l’on y prend garde, la République Démocratique du Congo est en train de cheminer vers l’émergence d’Etats autonomes, dirigés par de petits roitelets qui ne dépendent plus que d’eux-mêmes. Cette rébellion, qui ne dit pas son nom, vient de réveiller, dans la mémoire collective congolaise, le souvenir douloureux d’Etats autonomes, Empires et Républiquettes dont les autorités déniaient au pouvoir central établi à Kinshasa, un quelconque contrôle sur leurs territoires.

                  Compte tenu de la dangereuse dérive qui s’observe du côté de ceux qui dirigent actuellement les provinces de la République, le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, devrait simplement prendre acte de leur refus d’obtempérer à son ordre et frapper, car dans le télégramme leur adressé sous forme d’ultimatum, il n’y avait pas de moratoire pour son exécution. Il devrait absolument sanctionner, conformément aux prérogatives lui reconnues par les textes légaux, afin de mettre rapidement un terme à l’aventure des « rebelles ».

                                                          Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •