Boshab prône le découpage du Katanga dans la cohésion

0
92

Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Evariste Boshab, est en tournée dans le Katanga depuis le début de la semaine. Accompagné du ministre de la Défense et Anciens Combattants, Ngoy Mukena, il a commencé par l’étape de Lubumbashi, le lundi 06 avril 2015, où il était accueilli par le gouverneur de province, Moïse Katumbi.  Le lendemain, il a tenu une réunion de sécurité avec les autorités provinciales. Le mercredi 08 avril, il était à  Kalemie. Son agenda prévoyait aussi les étapes de Manono, Kamina, Kolwezi, Likasi, etc.

« Je suis en itinérance… Je me rendrai aussi à Kalemie, Kolwezi et Likasi. J’irai jusque-là pour trouver la solution qui s’impose », a-t-il déclaré en liminaire. En fait, la mission du patron de l’Intérieur consiste à confirmer aux populations du Katanga l’effectivité du découpage de leur province en quatre nouvelles entités, conformément à la volonté du législateur. A ce propos, il leur a rappelé qu’elles avaient voté à 84%, par référendum, la Constitution promulguée par ordonnance présidentielle du 18 février 2006, laquelle consacre, dans l’une de ses dispositions, la division du pays en 26 provinces, en lieu et place des 11 actuelles.

Dans le cadre de cette réforme politico-administrative, a-t-il renseigné, les districts viennent d’être effacés de la carte administrative du pays. Aussi, dans le but de parer au plus pressé, les gouvernements provinciaux vont se charger des mises en place des chefs des divisions appelés à diriger ces entités déconcentrées, ceci dans l’attente du décret du Premier ministre, lequel est suspendu aux rapports des commissions ad hoc chargées d’enquêter sur la viabilité de nouvelles provinces et le chronogramme de leur installation.

Selon les échos en provenance du Katanga profond, les autochtones se réjouissent de l’imminence du découpage de leur province. « Ce redimensionnement des provinces visent à rapprocher l’administration des administrés. Cette réforme ne signifie pas le changement de nature du pays qui reste un Etat unitaire décentralisé et il n’est pas question de régler des comptes aux non originaires », ne cesse de clamer Evariste Boshab.

« Les nouvelles provinces signifient beaucoup d’exigences tant de la part de la population que des cadres qui seront appelés à pouvoir animer ces nouvelles entités. Ceci signifie que la population et les députés doivent être exigeants vis-à-vis des nouvelles autorités pour que les chefs-lieux des provinces rayonnent en matières d’équipements collectifs », a prévenu le Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur.

En marge de cette campagne de sensibilisation au découpage territorial, il s’emploie aussi à ramener le climat de paix et de fraternité entre communautés Bantous et Pygmées en conflit dans plusieurs contrées du Katanga, dont Manono, Nyunzu, Ankoro, etc. Il explique, aux uns et autres, qu’elles ont intérêt à cohabiter pacifiquement, comme par le passé, dans un espace géographique commun à toutes.
Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •