Banguli pour l’affirmation de l’identité politique kinoise

0
57

Les Kinois sont appelés à exercer leur leadership politique au même titre que des compatriotes de provinces.
 L’invitation est de Marco Banguli. Il l’a lancée en marge de l’installation du comité de base de son association dénommée « Action Marco Banguli », intervenue le week-end dans la commune de Ndjili.
 « Je ne suis pas venu solliciter un quelconque mandat électoral auprès de vous. Mais, plutôt vous inviter à l’éveil de conscience ». C’est en ces termes que l’orateur s’est adressé à ses interlocuteurs réunis dans la salle de réunions du Lycée Sainte Germaine du quartier 7/Ndjili, pour justifier le but de la rencontre avec les Ndjilois.
 Marco Banguli dit être parti d’un constat selon lequel les Kinois semblent ne pas s’afficher en politique, donnant ainsi l’impression que la politique est une affaire des autres. Alors que c’est leur fief qui abrite le siège de toutes les institutions nationales.
 Pire, ceux qui ont reçu des mandats ou ayant gagné la confiance des Kinois lors des élections de 2006 (députés provinciaux) donnent l’impression de ne pas travailler pour le compte de ceux qu’ils représentent.

 Face à cela,  Banguli a levé l’option  de sensibiliser les Kinois en vue de l’éveil de conscience pour qu’ils affirment leur identité politique à l’instar des compatriotes de provinces. Surtout à l’heure de décentralisation où chaque province a ses institutions (assemblée et gouvernement provinciaux).
Qui est Kinois ? A cette question, il a commencé par dire qu’être Kinois n’est pas nécessairement être autochtone de l’espace qu’est devenue l’actuelle capitale du pays, ou encore être natif de Kinshasa.
Non, réplique-t-il, être Kinois c’est avoir une âme kinoise. C’est toute personne qui considère Kinshasa comme son lieu de résidence et de vie pour lequel elle doit lutter pour promouvoir son développement.
 C’est ici qu’il a condamné la pratique de certains qui tout en étant représentants de la population kinoise, travaillent pour la province d’origine.
 C’est pourquoi il a tenu à démontrer que la personne ayant l’âme kinoise, on le remarque à travers son comportement. Elle  a le souci du développement de Kinshasa, et ne voit pas l’origine de ses parents.
« Il est inadmissible que quelqu’un sans base ou assise populaire dans un quelconque quartier de la capitale, puisse prétendre représenter les Kinois », s’est-il exclamé. Avant d’appeler ses interlocuteurs à prendre leurs responsabilités pour les échéances à venir.
 Car, le fait d’habiter la ville de Kinshasa, capitale de notre pays et siège des institutions nationales ne fait pas nécessairement de quelqu’un un fils du terroir, a affirmé Banguli.
 Par ailleurs, il a défini son mouvement comme un cadre d’éveil de conscience ou celui réunissant des gens à la quête de leur identité politique.
 Après la commune de Ndjili, la prochaine  étape pour l’installation du comité de base s’appelle Masina, puis Kimbanseke et les deux communes dites du plateau (Nsele et Maluku).

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*