Des axes stratégiques définis pour l’amélioration du secteur de l’électricité en RDC

0
241

Tenues au salon Congo du Pullman Hôtel du 21 au 25 mai 2018, les assises sur le secteur de l’électricité en RDC se sont soldées par plusieurs recommandations en vue d’une amélioration de la fourniture de l’électricité à travers le pays. Portant sur la situation de l’énergie électrique, les enjeux et les défis à relever, les opportunités et les perspectives du développement de manière à baliser la politique énergétique, cinq axes stratégiques ont été retenus pour l’ajustement de la politique nationale de développement du secteur de l’électricité.

Il s’agit de la finalisation de la réforme du cadre juridique et institutionnel; du développement des infrastructures de production, de transport et de distribution de l’électricité; de la mobilisation des ressources humaines et financières; de l’implication accrue du secteur privé enfin, de la formation et du renforcement des capacités.

            Pour ce qui concerne la finalisation de la réforme de la Snel S.A, les principaux axes retenus sont la finalisation de la transformation de l’entreprise en société commerciale, l’impact de la réforme du secteur de l’électricité, le redressement proprement dit de l’entreprise ainsi que la restructuration.

            Deux feuilles de route sont proposées au gouvernement, l’une pour la dynamisation du secteur de l’électricité et l’autre pour la finalisation de la transformation de la Snel en société commerciale. Chacune de ces feuilles de route a défini les principales actions à mener, l’entité responsable, les parties concernées et les échéances d’accomplissement desdites actions. Enfin, une série de recommandations a été formulée selon les assignations formulés lors des assises.

Pour le représentant résident de la Banque Mondiale, il est important de signaler que dans l’avenir, la mobilisation du capital privé deviendra de plus en plus importante pour répondre aux besoins d’investissement dans le secteur des infrastructures de l’électricité. L’amélioration du climat d’investissement et la mobilisation du capital privé constitueront désormais un pilier de la stratégie d’intervention du groupe de la Banque Mondiale dans divers secteur et à travers le monde.

            Quant à Ingele Ifoto, ministre de l’Energie et Ressources Hydrauliques, le gouvernement va tenter de capitaliser toutes les opportunités offertes par les partenaires et investisseurs en accélérant la prise en compte de l’énergie solaire. Une mission est déjà envoyée en provinces pour la vérification des sites des premières centrales solaires pour la production de l’électricité à hauteur de 45 méga-watts dans les six prochains mois.

            En vue de cette visée stratégique pour la RDC, dès ce lundi, il y aura l’installation et l’opérationnalisation de l’Institut Nationale de l’Energie Solaire dans un premier temps comme point focal de l’agence solaire nationale de l’alliance solaire internationale a indiqué le ministre de l’énergie et Ressources Hydrauliques. Pour lui, ces assises, qui ont regroupé les gouverneurs des provinces et autres acteurs politiques, ont été la preuve d’une gouvernance participative et  transparente du gouvernement car du choc des idées,  il y aura certainement la lumière.

            Il a pris l’engagement de soumettre les recommandations de ces assises au gouvernement pour leur endossement. Et en vue d’assurer un meilleur suivi des résolutions et une coordination de diverse source de financement, Ingele Ifoto a annoncé la mise en place de deux comités, dont l’un sera multi sectoriel permanant et l’autre chargé de la coordination de diverses sources de financement.

            Pour le 1er ministre Bruno Tshibala, qui a procédé à la clôture des assises, plusieurs actions urgentes sont à mener. Il s’agit de l’actualisation du cadre légal et institutionnel, l’accélération de la mise en œuvre du projet Inga trois, de l’opérationnalisation de l’autorité de régulation, de l’agence nationale de l’électrification, des services énergétiques en milieu rural et pério-urbain. L’actualisation du document de la politique du gouvernement pour le secteur de l’électricité.

             De la mise sur pied d’une stratégie d’implication plus accrue du secteur privé dans l’effort d’électrification de la RDC, de la mise œuvre d’un plan accéléré de la reforme en cours de la Snel notamment en l’épargnant de l’exercice des activités que les privés peuvent mieux assurer de manière à entamer, au plus tôt, la phase de sa restructuration profonde, de l’élaboration des plans provinciaux d’électrification qui devront répondre au schéma directeur d’électrification par la promotion des constructions de micro central et d’autres formes de développement énergétique de proximité. Il a exhorté les gouverneurs des provinces qui ont participé à ces assises, de s’approprier les recommandations pour le compte de leurs entités.

Yves Kadima

  • 18
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •