Avec des appuis extérieurs de l’ordre de 800 millions de dollars à la RDC :les voyages de Fatshi payent …

0
581

L’un des plus grands partenaires au développement de la RDC, la Banque Mondiale, vient d’accorder à notre pays, un financement de l’ordre de 444 millions de dollars au titre de crédit et de 356 millions de dollars à titre de don, soit un montant de près de 800 millions de dollars, pour soutenir le Projet d’urgence de renforcement de l’équité et du système éducatif en RDC. D’autres appuis financiers, comme il faudrait le rappeler, ont été apportés dernièrement à la RDC, pour renforcer le système sanitaire afin d’aider notre pays à améliorer ses efforts dans la lutte contre la pandémie du coronavirus.

         Les observateurs pensent qu’il s’agit là, des retombées positives de la politique diplomatique de Félix Antoine Tshisekedi visant à renouer des liens de coopération multiforme avec ses anciens et traditionnels partenaires. Mieux,  là où ses prédécesseurs ont laissé des plumes, le président de la République a réussi à replacer notre pays, sur l’échiquier international, lui redonnant sa crédibilité, au regard de sa position géostratégique privilégiée au cœur de l’Afrique. Pour atteindre cet objectif, il a dû effectuer depuis  son investiture le 24 janvier 2019, de nombreux voyages à l’étranger, pour notamment prendre des contacts avec ses homologues chefs d’Etat, réchauffer les relations diplomatiques, et relancer des négociations avec les institutions financières internationales, dont les institutions de Bretton Woods.

         Aujourd’hui, notre pays est compté parmi les grandes nations du monde qui ont besoin d’un accompagnement de la communauté internationale, surtout pour le nouveau leadership imprimé à la tête de la RDC qui prône l’Etat de droit, le respect de droits de l’Homme, la lutte contre l’impunité et la promotion de la bonne gouvernance. Les challenges sont certes nombreux, mais c’est la volonté de les atteindre manifestée depuis bientôt deux ans qui suscite une certaine admiration, malgré de nombreux écueils rencontrés dans la mise en place de nouvelles institutions républicaines et de la mise en œuvre d’une série des réformes.

         Les nombreux financements qui tombent aujourd’hui dans l’escarcelle de la RDC, sont à maints égards, un cinglant démenti aux allégations de bon nombre d’acteurs politiques en mal de positionnement qui soutenaient à cor et à cri, que les voyages du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à l’extérieur du pays, étaient inutiles et foncièrement budgétivores. Comment prêter un quelconque crédit à ces critiques malveillantes qui confondent les contacts diplomatiques avec voyages touristiques sans retombées positives ? Comment ne pas réviser ces prises de position quand ces voyages présidentiels rapportent aujourd’hui, des dividendes financiers de près d’un milliard de dollars américains ?

         Par ces temps de crise sanitaire et de crise économique aiguës, pareils appuis financiers au développement d’un pays comme la RDC, ne relèvent pas du hasard ou d’un coup de baguette magique, comme on peut s’en rendre compte. Mais c’est le fruit de la diplomatie congolaise agissante pilotée par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui ne vise qu’à replacer notre pays dans l’orbite des pays qui se redressent grâce aux efforts entrepris par un nouveau leadership fort et visionnaire.

         Le constat à faire une fois de plus est qu’en dépit de nombreuses campagnes de dénigrement menées à grande échelle à l’intérieur et hors de nos frontières contre Félix Antoine Tshisekedi, le navire continue allègrement sa longue croisière, affrontant vents et marées hautes. Et enfin, autre dividende politique, la voix du Grand Congo porte aujourd’hui au loin, dans le concert des nations. On voit dorénavant de nombreux investisseurs frapper aux portes de la RDC, désireux de venir participer à la relance de nombreux secteurs productifs dans notre pays, avec comme résultantes, la création de nombreux emplois et la lutte contre la pauvreté et le chômage.

                            J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •