Attaque du Camp Tshatshi : la Monusco salue la prompte réaction des forces de sécurité congolaise

0
72

Au cours du point de presse hebdomadaire de la Monusco, d’hier mercredi 23 juillet 2014, son porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, a livré à la presse la version de la structure onusienne de l’attaque du camp Tshatshi qui a secoué la ville de Kinshasa, le mardi 22 juillet. A l’en croire, un groupe d’individus non encore identifiés, armés de fusils et de machettes, a voulu faire irruption dans l’enceinte du camp Tshatshi, pour y mener des activités subversives. « La prompte réaction des forces de sécurité congolaise a permis de neutraliser les assaillants et de ramener le calme dans la ville de Kinshasa, où une panique généralisée avait été observée. Le bilan de ces affrontements reste encore inconnu», a souligné le soldat onusien.

            Prenant acte de l’enquête initiée par le gouvernement, la Monusco a promis de se prononcer en fonction des résultats qui en découleront. Pour l’heure, Félix Basse a exhorté tout le monde à laisser libre cours à l’enquête.

            Il convient de noter que des coups de feu ont été entendus le mardi 22 juillet en début d’après-midi au Camp Tshatshi à Kinshasa. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, avait déclaré à ce sujet qu’un groupe d’assaillants a tenté de faire incursion dans ce camp militaire.  Cependant, l’attaque a été maîtrisée et que le calme est revenu.

            Interrogé sur l’identité des assaillants, le porte-parole du gouvernement a affirmé attendre un rapport des services spécialisés. « On est en train de les identifier.  Ça prend du temps, ce sont des services  spécialisés qui s’occupent de cela. Nous attendons un rapport d’un moment à l’autre ou d’un jour à l’autre », a fait savoir Lambert Mende, avant d’ajouter que « l’essentiel pour l’instant c’est qu’il faut que nos compatriotes cessent de  paniquer. Ce n’est pas parce qu’il y a un coup de feu qu’il faut fuir, quitter là où on est pour aller ailleurs. Le calme est revenu. Les rapports seront faits par les services qui sont en train de boucler l’enquête que cet incident a déclenchée. Nous informerons le public des problèmes d’identification, de bilan, et tout le reste. »

            Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, a aussi appelé au calme, expliquant que les forces de sécurité ont réussi à neutraliser les inciviques. Il a évoqué une vingtaine d’assaillants maîtrisés par les forces de l’ordre. « La population de Kinshasa comprend non seulement des citoyens qui respectent les lois de la République. Nous avons aussi ce que nous appelons généralement les hors-la-loi, donc des inciviques. Et ce groupe-là a tenté de troubler l’ordre public dans la ville. C’est ce qui a créé ce mouvement de panique. Et je tiens à informer la population que nos forces armées de la République, la police et les services de sécurité sont intervenus. Je confirme qu’ils ont neutralisé ces inciviques. A l’heure actuelle, le calme est revenu totalement dans la ville », a-t-il déclaré.

TshiekeBukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*