En1 ère Edition du Forum Congo Challenge Science : une rencontre des étudiants les plus brillants de la RDC

0
57

Promouvoir la jeunesse est un devoir pour chacun, d’autant
plus qu’elle constitue l’élite de demain. C’est dans cette optique
que le Think Tank Congo Challenge et son initiateur, le
Professeur Matata Ponyo Mapon, ont mis en place le Forum
« Congo Challenge Science », une rencontre d’envergure
nationale qui permettra désormais aux étudiants les plus brillants
dans le domaine des sciences économiques, d’assister chaque
année à une série de séminaires sur les exigences de la recherche à
la frontière du savoir.
Pour sa première édition, les participants choisis sont les étudiants
brillants des différentes universités et établissements
d’enseignements Supérieurs de l’ensemble de l’étendu national
qui se rendront à Kinshasa pour prendre part à cette rencontre en
date du 24 juin 2019, sous le thème : «  Les exigences de la
recherche à la frontière du savoir »
Parti du faite qu’en République démocratique du Congo, les
considérations du second ordre se sont cristallisées comme un plafond
de verre qui obstrue non seulement à l’émergence d’une société
d’excellence mais également limite l’interaction entre chercheurs,
scientifiques et praticiens œuvrant dans les différents secteurs et
structures de l’économie nationale.
En effet, l’organisation de cette rencontre n’est nullement à
s’interroger d’autant plus que le but poursuivi par la mise en place de
cette plateforme est de favoriser un échange productif pouvant être
capitalisé par les participants, principalement, sous forme
d’accumulation des connaissances, de partage d’expériences et de
réseautage de compétences, mais aussi d’offrir des orientations

scientifiques et professionnelles ciblées aux jeunes, à l’effet de
contribuer à leur épanouissement d’une part. Mais aussi préparer
positivement de manière prioritaire l’élite congolaise à un combat
d’émergence et le développement de la République Démocratique du
Congo en particulier mais du continent Africain en général d’autre
part.

Voici les thématiques

Durant ses échanges, les matières seront repartites en session,
à savoir, Session 1 : D’Adam Smith à ce jour : Revue de grands enjeux
et perspectives, qui sera animée par le professeur Matata Ponyo :
Atelier 1 : Introduction à LaTeX Animateur : Congo Challenge Science
Staff. Et, 2 ième la session : Imaginons l’état de l’éducation en RDC en
2120 qui sera prise en charge toujours par le professeur Matata
Ponyo, Atelier 2 : Mathématiques sur LaTeX Animateur : Congo
Challenge Science Staff.
« Ces frictions génèrent une perte sociale car favorisant la
dispersion de l’élite et empêchant l’ensemble de la communauté
congolaise de jouir des effets externes positifs que génèreraient les
chocs quasi-continus d’idées et la fédération des intelligences.
Par conséquent, il semble opportun de mobiliser les forces
pensantes autour d’un cercle de réflexion hétéroclite où les sujets
d’ordre scientifique ou d’intérêt public, mais strictement apolitiques,
seront débattus en tenant compte de deux principes :
Principe 1. la scientificité. Fonder chaque argument sur une
approche rigoureuse et une méthodologie clairement identifiable.
Principe 2. l’actualité. Dans chaque domaine considéré, faire
recours aux outils d’analyse le plus à jour possible.
Notons que le Forum CONGO CHALLENGE SCIENCE ne
s’inscrit pas dans le schéma organisationnel traditionnaliste, mais
privilégie un cercle d’échanges et de discussions ne faisant appel à

aucune forme d’adhésion ou d’engagement, à l’image de la
« Cambridge Circus » où John M. Keynes, Richard Kahn, Joan
Robinson, AustinRobinson, Piero Sraffa, John R. Hicks se
réunissaient pour discuter des développements qu’ils envisageaient
pour la théorie économique » reprend le document comportant les
termes de référence de cette rencontre des intellectuelle.
Ainsi les organisateurs et l’initiateur dudit forum souhaitent la
bienvenue aux étudiants les plus méritants qui prendront part à la
première édition du Forum de Congo Challenge Science.
Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •