Assemblée nationale :ue proposition de loi pour réglementer l’état de siège et l’état d’urgence

0
68

Décrété par le président de la République pour mettre un terme à plusieurs années d’atrocités dans la partie Est du pays, l’état de siège qui a pris corps depuis le jeudi 6 mai 2021, sera accompagné des textes légaux. A cet effet, le député national Bertin Mubonzi, pour joindre la parole à l’acte et accompagner les actions du Président Tshiskedi, a déposé depuis le vendredi 7 mai, au bureau de l’Assemblée Nationale, une proposition de loi portant réglementation de l’état de siège et d’urgence en RDC. Cela, en application des dispositions des articles 142 à 144 de la Constitution.

            Une manière pour la chambre basse de s’impliquer totalement dans cette

initiative du Président de la République pour que l’Est de  recouvrer la paix dans l’Est de la République.

            Cette proposition de loi met un accent sur le souci d’encadrer l’état de siège proclamé pour l’Ituri et le Nord-Kivu. Il est question de faire en sorte que cet état de siège n’ouvre pas la porte aux  dérapages.

            Cette proposition de loi est nécessaire, étant donné qu’on s’approche de la période préélectorale, a indiqué Bertin Mubonzi.

            Elle a pour objectif d’encadrer cette période afin qu’il n’y ait pas dépassement du délai constitutionnel. Malgré l’état de siège, les élections doivent avoir lieu ,a-t-il martelé.

                Il est important de rappeler que les deux provinces de l’Est de la République, bien avant l’état de siège, étaient déjà confrontées à une insécurité grandissante. Chaque semaine, plusieurs familles voyaient certains de leurs membres  tués par des groupes armés nationaux et étrangers. Cette situation n’était pas ignorée par Félix Tshisekedi lors de sa compagne électorale.

            A ses compatriotes, il avait promis de régler cette question une fois à la magistrature suprême. Après plusieurs appels vaines à ces groupes armés de déposer les armes et de se joindre à la caravane de la paix, l’option d’appliquer des mesures fortes a été prise afin de redonner le sourire, comme promis, à cette population. L’administration militaire et policière installée a la lourde et délicate tâche de réduire, jusqu’à leurs derniers retranchements ces groupes armés pendant une période d’un mois, renouvelable si les circonstances l’exigent

Yves Kadima

-0-

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •