Assemblée nationale :Droits Humains et élections de 2023 passés au peigne fin par Mboso et Lisa J.Perteson

0
123

Reçue par le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso hier mercredi 16 juin, l’envoyée spéciale des Etats-Unis d’Amérique, Lisa J. Peterson, accompagnée de l’ambassadeur Mike Hammer, a évoqué les questions relatives aux droits humains.

Cette rencontre, intervenue 48 heures après celle avec le premier ministre Jean Michel  Sama Lukonde, s’est inscrite dans le cadre du  dialogue relatif aux questions des droits humains, a indiqué l’envoyée spéciale. Selon elle, il était question de prendre langue avec le président de l’Assemblée nationale pour voir ensemble comment faire avancer des questions qui ont justement trait aux droits de l’homme.

         Lisa J. Peterson a dit avoir également  évoqué avec le speaker de la Chambre basse du Parlement des questions liées à la tenue de scrutins à l’échéance 2023. Une manière de s’assurer que ces élections vont se dérouler dans le temps et qu’il existe des mécanismes en place qui permettent justement la tenue de ces élections.                  

         Selon elle,  l’administration Biden s’est engagée à faire avancer la lutte contre la traite des personnes en République Démocratique du Congo.

         Pour l’envoyée spéciale de l’administration américaine, les Etats-Unis entendent maintenir leur soutien au gouvernement, au peuple congolais, mais surtout au Chef de l’Etat et au Parlement congolais qui ont un rôle moteur à jouer pour faire avancer les questions des droits humains et les élections. Il est important de souligner qu’il y a de cela quelques années, la situation des droits humains en République Démocratique du Congo laissait à désirer. Il ne se passait pas un seul jour sans qu’on déplore des violations. Très souvent pointés du doigt, les éléments de la police et des services des renseignements ont pu, avec l’évolution de la situation politique au pays ,comprendre le caractère sacré de la vie humaine. Mais, comme le changement ne peut pas intervenir comme par une baguette magique, il est tout à fait normal que cette question soit au coeur des préoccupations des personnes qui aspirent à un Congo meilleur étant donné que le «régime actuel ne prône que l’Etat de droit.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •