« Arc-en-ciel du Congo » rejette la machine à voter

0
215

Gilbert Kiakwama, Jean-Pierre Lisanga, Jean Mabaya Gizi … sont désormais réunis au sein d’une plate-forme dénommée « Arc-en-ciel du Congo ». Lors de sa  sortie officielle, le samedi 16 juin 2018 à l’hôtel Béatrice, dans la commune de la Gombe, les précités ont, à
l’unanimité, dit non à la machine à voter.

Dans son discours de circonstance, le président de ce nouveau regroupement politique, le sénateur Jean Mabaya Gizi, a sévèrement critiqués les hommes au pouvoir, qui avaient promis du lait et du miel à la population lors de leur entrée en fonctions, mais qui n’ont
produit qu’un retentissant fiasco et sont aujourd’hui aux abois.

Pour Jean Mabaya, les élections ne suffisent pas pour avoir une démocratie authentique. C’est ainsi qu’il a invité la population à choisir, à l’occasion de prochaines élections présidentielle  législatives nationales et provinciales, des dirigeants réellement
démocrates et patriotes. Il a, dans la foulée, réaffirmé l’opposition
de leur regroupement politique à la machine à voter et exigé un
fichier électoral fiable, débarrassé des mineurs et faux Congolais.
Jean Mabaya a indiqué en outre que  leur plate-forme soutiendra un
candidat qui répondra aux critères qui restent à définir. « On ne
s’improvise pas Président de la République », a-t-il souligné, avant
d’ajouter que la RDC n’a plus besoin d’hommes forts  mais plutôt
d’institutions fortes
Par ailleurs, les affiliés de l’Arc-en-ciel Congo exigent
l’application intégrale et immédiate des résolutions de l’Accord de la
Saint Sylvestre, notamment la restructuration de la CENI (Commission
Electorale Nationale Indépendante), du CSAC (Conseil Supérieur de
l’Audiovisuel et de la Communication)  ainsi que l’ouverture de
l’espace politique à tous les courants politiques, afin que les
élections se tiennent dans un climat apaisé.
Excepté le ministre d’Etat chargé des Relations avec le Parlement,
Lisanga Bonganga, on a noté l’absence d’autres membres du gouvernement
issus de l’opposition, notamment Ingele Ifoto et Lumeya, pourtant
présents lors de la création de cette plate-forme électorale.
Selon des informations puisées dans leur entourage, ils ont préféré
rester au Front Commun pour le Congo, la plate-forme électorale lancée
récemment par le Chef de l’Etat à l’issue d’une réunion  du
gouvernement dans sa ferme de Kingakati, dans la banlieue Est de
Kinshasa.
La présence de Lisanga dans un regroupement politique qui rejette la
machine à voter montre que les opposants présents au gouvernement ne
parlent  plus le même langage.
Eric WEMBA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •