APUKIN : guerre ouverte entre les comités Bokolo et Kitombole

0
273

« Le droit a ses principes’’. Pour un intellectuel, il est important de se former dans les prescrits de la loi surtout lorsqu’il s’agit d’une communauté». C’est doit être selon la tradition et même selon la loi. Tel est l’essentiel de la communication du professeur et maître Mpoy Kamulayi Lumbala Tshiamanyangala, avocat conseil de l’Association des Professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN) dont la présidence est piloté par le professeur Antoine  Kitombole Tshovu dans l’affaire l’opposant au comité sortant que dirige le professeur Matthieu Bokolo Kokengo depuis 2018 au conseil d’État.

C’est hier, lundi 27 décembre 2021 que l’avocat conseil du comité Kitombole, le prof Mpoy Kamulayi a animé une conférence de presse par vidéoconférence sur le dossier qui oppose les deux parties au niveau du Conseil d’Etat. Cette production est appelée à départager les deux parties dans le jugement qu’elle doit rendre un de ces quatre matins. Pourquoi cette conférence de presse ? Cet échange avec les medias avait pour objectif d’éclairer la lanterne de l’opinion publique sur cette affaire qui fait couler encre et salive dans le chef de cette association des professeurs qui depuis plusieurs années joué le rôle du syndicat au profit de tous les professeurs d’université et même des instituts supérieurs. Mais alors le fonctionnement de ce syndicat est biaisé suite à l’ingérence du recteur de l’Unikin dans ledit fonctionnement de cette organisation.

    Pour la petite histoire, selon maître Mpoy, qui est aussi membre de cette association, le comité Bokolo a été élu en août 2018 pour une durée de 3 ans, renouvelable une fois. Cependant, durant ses trois ans, le comité   Bokolo n’a jamais présenté un rapport annuel tel que l’exige le statut. Et son mandat devrai prendre fin le 15 août 2021. Pour ce faire, le comité devrait organiser une assemblée générale élective à la veille de la fin de son mandat.

            Arrivé à l’échéance, certains professeurs étant mécontents du fonctionnement de leur organisation, de se réunir pour voir par quelle voie et moyen devraient-ils sauver leur syndicat qui était voué à une instabilité totale. C’est dans ce cadre les membres s’étaient réunis  et s’étaient mis à réfléchir face à la réalité, ils ont procédé à l’élection dont Kitombole a été réélu. Ainsi, le président Bokolo devrait procédéer à la remise et reprise depuis le 27 août 2021, chose qui n’a pas été faite jusqu’à ce jour.

         Selon les membres qui ont élu le prof Kitombole, le comité Bokolo est à la merci de l’employeur alors que cette structure est un syndicat pour la défense des droits des professeurs de l’Université.

      Il a démontré l’ingérence du Recteur de l’Unikiin dans ce dossier au travers le comportement que celui-ci avait affiché vis-à-vis de la décision de la majorité qui avait élu le prof Kitombole par un simple geste. Après l’élection du comité Kitombole, lors de l’attente de la remise et reprise, le recteur avait interdit toute manifestation de l’APUKIN. Il avait empêché les professeurs d’accéder au siège. Le Recteur avait d’ailleurs scellé les installations de l’APUKIN. Outre cela, il avait ordonné à la police Universitaire d’empêcher les professeurs d’accéder à leur siège… Face à ce comportement, le prof e Mpoy estime que le Conseil d’Etat doit rendre un jugement en respectant les principes de l’Etat de droit. Car, ce procès déterminera l’avenir des mouvements syndicaux dans notre pays.

L.P

CONFERENCE DE PRESSE DU COMITE EXECUTIF DE L’ASSOCIATION DES PROFESSEURS DE

 L’UNIVERSITE DE KINSHASA (APUKIN)

         Notre cliente, l’Association des Professeurs de l’Université de Kinshasa vous remercie d’avoir répondu à son invitation pour couvrir la présente conférence de presse.

         Un évènement urgent survenu ce matin empêche le Président de l’APUKIN, le Professeur Kitombole Tshovu d’être présent à cette conférence de presse. C’est pourquoi il nous a mandaté, compte tenu des aspects proprement judiciaires de cette conférence de presse pour la conduire en son absence. 

         Je m’appelle Maître Mpoy-Kamulayi Lumbala Tshiamanyangala ; je suis Avocat au Barreau de Kinshasa/Gombe ; je suis également Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa ; cela veut dire que je suis donc également un membre de l’APUKIN à part entière.

Mon estimé Confrère Maître Mbuyi Kapuya Meleka Léopold et moi-même sommes vivement honorés par la confiance que l’APUKIN nous a faite à travers son choix qui a fait de nous ses Avocats-Conseils pour l’assister dans le litige qui oppose l’APUKIN à l’Université de Kinshasa ; ce litige se trouve présentement devant la saisine du Conseil d’Etat.

         En voici la chronologie des faits.

         Le 15 aout 2018, l’Assemblée générale de l’APUKIN avait élu, pour un mandat d’une durée de 3 ans son comité exécutif dont la direction a été assumée par le Professeur Bokolo jusqu’à la date du 15 aout 2021.

         Durant son mandat de 3 ans, le Professeur Bokolo a géré l’APUKIN comme s’il gérait un bien privé. Il n’a jamais convoqué une moindre réunion de l’assemblée générale ordinaire ; il n’a jamais publié le moindre rapport de gestion annuelle. Et quand l’expiration du mandat de son comité est advenue le 15 aout 2021 ; il a purement et simplement privatisé l’APUKIN en refusant de rendre le tablier.

         Face à cet abus grossier qui équivaut à une confiscation pure et simple du pouvoir, le Président Kitombole a recouru à sa connaissance intime et à sa maitrise remarquable des exigences des statuts de l’APUKIN, de ses us et coutumes et de leur pratique constante, pour mobiliser un quorum suffisant parmi les membres de l’APUKIN afin d’agir, conformément aux statuts de l’APUKIN, pour faire échec à la détermination du Professeur Bokolo de continuer à gérer l’APUKIN en la mettant au service de l’employeur plutôt qu’au service des intérêts des membres de l’APUKIN.

Réalisant que cette action mobilisatrice menée de main de maitre par le Professeur Kitombole allait effectivement renverser la mainmise de l’employeur sur la gouvernance de l’APUKIN, l’employeur n’a pu résister à la tentation de dévoiler sa  stratégie maléfique pour continuer de noyauter la gouvernance de l’APUKIN.

         L’employeur s’est ainsi ingéré illégalement dans les activités de l’APUKIN depuis le 13 aout 2021 en prenant fait et cause pour maintenir illégalement le Professeur Bokolo en fonction en torpillant la remise et reprise que celui-ci aurait dû promptement effectuer depuis le 27 aout 2021 avec le nouveau comité élu statutairement aux termes de l’assemblée élective tenue par les membres de l’APUKIN le 13 aout 2021 en outrepassant le diktat illégal de l’employeur.

         C’est donc surprenant et déconcertant de voir qu’une frange des membres de l’APUKIN, clairement et visiblement instrumentalisée par l’employeur, se déploie de manière frénétique, fracassante et tonitruante pour diviser l’APUKIN au lieu de se ranger carrément derrière l’action du Comité exécutif et d’attendre patiemment le résultat du procès historique que cet organe légal de l’APUKIN a porté devant le Conseil d’Etat.

         En effet, le jugement que nous attendons, affirmera impérativement, une fois pour toutes, le caractère sacrosaint du principe fondamental de la liberté syndicale qui interdit à l’employeur de s’immiscer dans la gouvernance des syndicats de ses employés.

Permettez-moi de terminer ce propos liminaire en évoquant un exemple hypothétique simple : peut-on imaginer un seul instant que le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature pourrait s’arroger le droit d’interdire une quelconque réunion d’un syndicat des magistrats sous quel que prétexte que ce soit ?

         Hélas, c’est exactement cela que le Recteur de l’Université de Kinshasa fait, avec la plus grande désinvolture, depuis la date du 13 aout 2021 !!!

         Le procès qui est présentement pendant devant le Conseil d’Etat a donc une importance capitale et une valeur historique pour tous les syndicats congolais parce que la jurisprudence qui en sortira délimitera formellement la sphère de l’indépendance et de la souveraineté des syndicats face à toute tentative d’ingérence illégale des employeurs dans leur gouvernance.

         Il est néanmoins déplorable que les meneurs qui s’agitent pour tenir une prétendue assemblée générale extraordinaire de l’APUKIN le mardi 28 décembre 2021 dans la salle des promotions de l’UNIKIN (sous la houlette bien visible de l’employeur) s’avèrent obnubilés par des ambitions personnelles et des considérations de positionnements individualistes qui n’ont rien à voir avec les principes fondamentaux du syndicalisme.

         L’ironie affligeante et déconcertante réside dans le fait que parmi ces agitateurs, on dénombre malheureusement çà et là quelques jeunes professeurs de droit qui sont pourtant sensés en savoir davantage pour mieux guider les autres dans la bonne direction. C’est bien dommage que le zèle propre aux néophytes a, de toute évidence, emporté ces jeunes professeurs dans une voie sans issue au profit de l’employeur plutôt qu’au service des intérêts bien compris de tous les membres de l’APUKIN.

         Dans un Etat de droit, tout juriste consciencieux sait que la justice reste la voie dorée pour résoudre les litiges qui, de temps à autre, ne manquent pas d’opposer les particuliers entre eux ou d’opposer les particuliers aux détenteurs d’une parcelle de l’autorité publique.

         C’est précisément cette voie dorée que l’APUKIN a choisie d’emprunter pour sauvegarder son indépendance et sa souveraineté contre les empiètements perpétrés illégalement et inopportunément par le Recteur de l’Université de Kinshasa. 

         Nous sommes convaincus que le jugement que le Conseil d’Etat rendra en la matière servira de jurisprudence judicieuse et précieuse pour tous les syndicats de notre pays.

         Maintenant, je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous fournir de plus amples détails sur les enjeux de la situation qui prévaut présentement au sein de l’Association des Professeurs de l’Université de Kinshasa.

Je vous remercie.

Maître Mpoy-

Kamulayi Lumbala Tshiamanyangala

Avocat-Conseil de l’APUKIN

Kinshasa, lundi 27 décembre 2021

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •