Après des multiples hésitations : le PPRD rejoint le Front commun pour le Congo

1
310

Des acteurs de la Majorité Présidentielle, ceux de l’Opposition ayant
participé aux dialogues de la cité de l’Union africaine et de la Cenco
présents dans le gouvernement, ceux de la société civile et des
personnalités politiques forment depuis peu ce qui est convenu
d’appeler le Front Commun pour le Congo.

Hier dans l’après-midi, et pour mettre fin à une polémique qui
commençait à se répandre comme un feu de brousse, le Parti du Peuple
pour la Reconstruction et la Démocratie a fini par signer la Charte
constitutionnelle. C’est Ramazani Shadary, ci-devant secrétaire
permanent en personne, accompagné de certains de ses adjoints qui a
paraphé l’acte fondateur de la plate-forme. La cérémonie de la
signature de cette charte s’est déroulée au Salon Congo de l’hôtel
Pullman. Le secrétaire permanent du parti présidentiel, Emmanuel
RAMAZANI SHADARY a apposé sa signature sur la charte constitutive de
cette plate-forme dont la paternité revient à son autorité morale,
Joseph Kabila Kabange. Outre les épaules galonnées de cette
plate-forme ainsi que des officiels, l’on a noté la présence des
membres de la Majorité Présidentielle, entre autres le Vice-Premier
Ministre et ministre des Affaires intérieures, le professeur Henri
Mova Sakanyi, de l’opposition et de la société civile au sein  du
Gouvernement.
Les membres de cette structure politique et électorale ont convenu de
gagner les élections ensemble et à tous les niveaux autour d’un
programme commun et d’un candidat unique. Les garanties de bonne foi
avant, pendant et après les élections ont été réciproquement codifiées
dans la charte par les nouveaux membres et ceux qui se présenteront
après car, selon certains d’entre eux, les portes du Front Commun pour
le Congo demeureront ouvertes à tout celui qui cherche à y adhérer. De
hauts responsables des partis politiques et de la société civile ont
déjà rejoint cette plate-forme, notamment des personnalités comme
Ingele Ifoto, José Makila, le premier ministre Bruno Tshibala, Modeste
Bahati Lukwebo et bien d’autres. Il a été entendu que chaque parti
politique qui y adhère garde son autonomie politique mais s’en tient
aux valeurs telles que le même programme politique et électoral et
surtout un candidat unique pour l’élection présidentielle prévue le 23
décembre de cette année.
Castro

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.