Après le coup manqué des adeptes de Mukungubila : nouvelle panique hier à Kinshasa

0
141

paniqueAprès la chaude alerte du 30 décembre 2013, suite à la tentative de prise du Camp Tshatshi par des éléments armés étiquetés comme étant des adeptes du pasteur Mukungubila, ce site militaire a essuyé une nouvelle attaque hier mardi 22 juillet 2014 de la part d’inciviques non identifiés. A en croire le ministre Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, des assaillants armés de pistolets et machettes ont tenté de pénétrer au Camp Tshatshi hier en début d’après-midi. Mais, en raison du solide dispositif de sécurité de ce site stratégique, ils ont été maîtrisés en très peu de temps. Interrogé sur l’identité des agresseurs, il a indiqué attendre la fin des investigations des services spéciaux.

            Intervenant sur la même situation hier sur le plateau de la télévision nationale, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André KimbutaYango, a fait état de l’attaque du Camp Tshatshi, entre 9 et 10 heures, par une bande d’inciviques composée d’une vingtaine d’éléments. Selon lui, les éléments des FARDC, de la police et des forces de sécurité les ont neutralisés en l’espace de trente minutes. Il a singulièrement insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un groupe armé mais d’une bande d’aventuriers.

Parlant de la panique qui s’est emparée des Kinoises et Kinois, il l’a imputée à la tradition de la capitale, réputée ville tranquille, dont le moindre coup de feu est de nature à inquiéter plus d’un citoyen. André Kimbuta a tenu à rassurer ses administrés sur la fin éclair de l’attaque du Camp Tshatshi et la maîtrise totale de la situation par les forces de sécurité. Avant d’inviter tout le monde à continuer de vaquer librement à ses occupations, il a lancé une sévère mise en garde aux personnes spécialisées dans le gonflement des rumeurs sans fondement.

Le gouverneur de Kinshasa a souligné que toutes les villes du monde connaissent des incidents. D’où, il n’y avait aucune raison de dramatiser celui d’hier au Camp Tshatshi.

Dans le même ordre d’idées, il a juré sur le plateau de la télévision qu’il ne pouvait pas mentir à ses concitoyens de Kinshasa, les exhortant au passage à reprendre le chemin du travail, des marchés, de l’école et autres bureaux dès ce mercredi 23 juillet 2014, car la situation était totalement sous le contrôle de l’armée nationale et des forces de sécurité.

Il convient de signaler qu’aucun bilan des morts ou blessés n’a été donné par les sources officielles.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*