Après l’attentat de Beni : veillées de prières interdites à Goma

0
34

Les forces de sécurité sont en « alerte maximale » après l’attentat intervenu le 25 décembre passé à Beni, causant le décès de 8 personnes et une vingtaine de blessés.  Des mesures sécuritaires ont été renforcées dans les villes de Goma,  Beni et Butembo, à la veille de la fête de fin d’années. Selon le porte-parole du gouvernement,  les terroristes ADF (Forces Démocratiques Alliées – NDLR), aux abois sur le plan opérationnel sur le terrain, ont actionné leurs cellules dormantes dans la ville de Beni et les agglomérations environnantes en vue de déclencher des actions contre de paisibles citoyens.

Dans un communiqué publié hier mardi 28 décembre 2021, le Maire policier de Goma, le commissaire supérieur principal Kabeya Makossa, a interdit les veillées de prières  pendant cette période des festivités, de manière à éviter tout attroupement préjudiciable à la sécurité. « « Aucune activité de veillée de prière de quelque nature que ce soit, n’est autorisée sur toute l’étendue de la ville de Goma, dans la nuit du 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022 et ce, pour des raisons d’ordre sécuritaire. Ainsi, qui osera fouler aux pieds cette disposition se heurtera à la rigueur de la loi », lit-on dans cette correspondance. » Notons qu’un couvre-feu a été décrété dans  ce sens à Beni à partir de 19h et à 20h à Goma et Butembo.

         De son côté, la coordination de la société civile de Beni soupçonne la présence des kamikazes dans la ville depuis que les combattants ADF sont traqués par la coalition des armées congolaise et ougandaise dans la forêt. Elle appelle la population à la vigilance et les services de sécurité à redoubler d’efforts afin de dénicher les kamikazes qui se cacheraient au sein de la population. « Nous demandons à la population de rester toujours vigilante en vue de dénicher ceux-là qui veulent endeuiller encore la population. Nous appelons les services de sécurité à redoubler d’efforts afin de boucher les points d’entrée probables des kamikazes. Parce que lorsque l’ennemi est attaqué en brousse, il veut se camoufler dans la ville”, recommande le président de la société civile de Beni,  Pépin Kavota.

         Rappelons qu’au lendemain de l’attentat terroriste  de Beni, perpétré par des rebelles des ADF, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a présidé une réunion de sécurité,  le lundi 27 décembre dans son cabinet de travail. A cette occasion, il a appelé la population à la vigilance et la solidarité. Tout en réaffirmant la détermination de son gouvernement à mettre fin à l’activisme des ADF dans le nord-est de la RDC, le Premier Ministre a invité la population locale à dénoncer l’ennemi et à faire confiance aux Forces Armées de la RDC, qui sont au front pour mettre fin à toutes les poches d’insécurité dans la partie Est du pays.

         Au sujet de l’attentat de Beni, rappelons  qu’il s’agit d’un  kamikaze qui s’est fait exploser à la bombe, samedi 25 décembre, dans un restaurant, où plus d’une trentaine de personnes célébraient Noël. Les autorités accusent les rebelles du groupe ADF, affiliés à l’organisation Etat islamique. C’est la troisième attaque à la bombe à Beni depuis le mois de juin 2021. La première avait visé une paroisse catholique au quartier Bustili, faisant deux blessés parmi les fidèles. La deuxième a eu lieu dans un débit de boissons, avec pour seule victime, le kamikaze.

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •