Après l’arrestation du DG de Foner hier : Avis de tempête !

0
378

 Vital Kamerhe a passé sa seconde nuit à la prison de Makala. La veille, il avait annoncé à ses codétenus qu’il arrivait pour les libérer. Une déclaration surprenante, qui donne à penser que le directeur de cabinet du Chef de l’Etat n’a pas encore pris la pleine mesure de sa situation. Sauf à vouloir passer un autre message, celui d’un changement de régime qui lui permettrait d’endosser la tenue de libérateur, auquel cas il pourrait, d’un trait de plume, accorder l’amnistie générale à tous ceux qui sont actuellement privés de liberté pour des raisons diverses.

En attendant que ce jour arrive, force est de constater que rien n’a changé sur le terrain. La machine judiciaire poursuit son bonhomme de chemin et épingle chaque jour des grosses tètes ayant contrarié l’exécution du Programme des cent jours de Felix-Antoine Tshisekedi.

Dans la matinée d’hier, le directeur général du Fonds d’entretien routier (FONER), Monsieur Fulgence Bamaros Lobota, interpellé la veille, a eu toutes les peines du monde pour expliquer la destination de vingt millions de dollars devant financer la réhabilitation des routes dans les provinces du Kasai, du Nord et du Sud-Kivu. Les travaux, confiés à la société Sococ, n’ont jamais connu un début d’exécution.

Deux faits surprennent dans ce dossier. Il y a d’abord l’insouciance du responsable de Foner qui n’a, à aucun moment, redouté d’être inquiété par la coordination des travaux à Kinshasa. Il y a ensuite ce manque de considération manifeste à l’égard des populations bénéficiaires des travaux et dont on a banalisé les réactions. Sans doute parce que les choses se sont toujours déroulées de cette manière-là et qu’il n’y avait aucune raison pour qu’il en aille autrement aujourd’hui.  C’est à cela que servent les liaisons maffieuses et les parapluies protecteurs. A chacun de savoir les entretenir.

 A l’heure de la pandémie du coronavirus, chacun réalise la gravité de ce type de comportement, La RDC est en effet en difficulté majeure aujourd’hui à cause de l’absence des voies de communication. Le pays gaspille ses devises pour importes les produits de première nécessité à l’étranger alors que ceux-ci pourrissent dans nos campagnes. Les routes de desserte agricole et, pour tout dire, les voies de communication n’existent plus, parce que les entreprises chargées de cette mission ont passé leur temps à enrichir des individus  au lieu de se mettre au service de la collectivité..

Compte tenu de ce gâchis, on ne peut qu’applaudir frénétiquement les enquêtes en cours car elles sont appelées à accélérer la moralisation de la vie publique et induire le changement des mentalites que tous les Congolais appellent de leurs vœux..

 Embouteillages au Parquet

Après l’arrestation de Fulgence Bamaros hier et son transfert à Makala où il a rejoint Vital Kamerhe, Jammal Samih -l’homme qui a reçu 57 millions de dollars pour la construction des maisons préfabriquées- et Mutima Sakrini de l’Office des Routes, c’est un véritable avis de tempête qui est affiché avec le défilé ce week-end de plusieurs intouchables devant les magistrats instructeurs des Parquets, aussi bien de la Cour d’Appel de Gombe que de Kinshasa Matete. Parmi ces auditions, la plus évoquée est celle du ministre John Ntumba à qui il est reproché le sabordage total des travaux des cent jours au Kasai Central.

L.P.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •