Après la dernière visite de Mobutu il y a 40 ans : Zongo se rappelle que le pays a un Chef de l’Etat

0
96

Après la dernière visite de feu le Maréchal Mobutu Sese Seko en 1979, soit il y a 40 ans, les habitants de la ville de Zongo se sont rappelés, hier lundi 2 décembre 2019, que leur pays, la République Démocratique du Congo, a un Chef de l’Etat. C’était à l’occasion de la visite de réconfort que leur a rendue Félix Antoine Tshisekedi, en marge des inondations ayant englouti, il y a quelques semaines, leurs maisons, biens et champs, à la suite de la sortie de la rivière Oubangui de son lit.

            Venu de Bangui, en République Centrafricaine, où il venait d’assister aux festivités commémoratives du 61me anniversaire de l’indépendance de ce pays, à l’invitation de son homologue Faustin Archange Touadera, le Président congolais a traversé l’Oubangui, a été accueilli, de l’autre côté de la rivière Oubangui, par une foule en liesse évaluée environ 10.000 personnes, qui l’ont accompagné, à travers chants et danses, jusqu’au bureau de la Mairie de Zongo, où était prévu son meeting.

            Peu après son arrivée sur le lieu, le Chef de l’Etat s’est adressé à la population de Zongo, à laquelle il a fait état de sa profonde compassion pour la catastrophe naturelle qui venait de frapper le quartier Zongo, faisant des milliers de sans logis et de démunis. Comme premier geste de solidarité, il a promis la mise en service urgente, dans un premier temps, d’un nouveau bac entre Zongo et Bangui, pour faciliter les mouvements des personnes et de leurs biens. Il a ensuite annoncé le démarrage, dans le courant de l’année 2020, des travaux de construction d’un pont sur la rivière Oubangui, grâce à un financement de la BAD (Banque Africaine de Développement).

            Félix Antoine Tshisekedi a également fait part aux compatriotes de Zongo en particulier et de la province du Sud-Oubangi en général, de son souci de les voir, toutes tendances politiques confondues, rester solidement attachés à l’unité et à la cohésion nationales. C’est dans cet esprit qu’il a, sans détours, condamné les discours de haine et de division. L’occasion faisant le larron, il a confirmé la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base depuis l’ouverture de l’année scolaire 2019-2020, en septembre dernier, arrachant au passage des tonnerres d’applaudissements à la foule.

            Peu après le meeting,, le cortège présidentiel s’est ébranlé, toujours sous escorte populaire, vers le quartier Zongo, le plus sinistré de la ville, où Félix Antoine Tshisekedi a eu de la peine à supporter le spectacle des maisons effondrées ou emportées par les eaux, ainsi que celles dont les occupants sinistrés, manquaient presque de tout. Pour parer au plus pressé, il a apporté aux familles sinistrées des dons en vivres, en attendant leur réinstallation dans un site à aménager dans un délai raisonnable.

            Informé de la situation de précarité que traverse l’Hôpital général de référence de Zongo, il a promis de le doter prochainement en produits pharmaceutiques et équipements médicaux.

            Une fois son devoir de garant de la Nation accompli, le Chef de l’Etat a retraversé la rivière Oubangui, pour la ville de Bangui, où il avait rendez-vous avec la diaspora congolaise en République Centrafricaine.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •