Ambition et action : seule solution à la crise de la nature

0
59

Selon une traduction faite par Gavin Edwards, Coordonnateur mondial, New Deal for Nature and people, WWF international, le Fonds mondial pour la nature (WWF), le 75ème anniversaire des Nations Unies a connu deux temps forts. Premièrement, l’assemblée est devenue virtuelle en raison des restrictions imposées par la  COVID-19. Deuxièmement, la dégradation de la nature  a bénéficié de l’attention qu’elle méritait avec une journée entière consacrée à des discussions axées sur des mesures urgentes en matière de biodiversité pour le développement durable.

            Septembre a été un mois crucial pour la nature à plus d’un titre. Les semaines précédant l’Assemblée Générale des Nations Unies ont vu la publication de deux rapports clés fournissant des preuves irréfutables de l’ampleur de la crise de la nature. Tout d’abord, le Rapport Planète Vivante du WWF (Living Planet Report, LPR), lancé le 10 septembre, a révélé que les populations d’animaux sauvages avaient diminué en moyenne de 68 % en moins de 50 ans, ce qui est alarmant, en grande partie à cause de la même destruction de l’environnement qui contribue à des épidémies de virus comme COVID-19. Le rapport a révélé que si des efforts supplémentaires ne sont pas déployés pour lutter contre la perte et la dégradation des habitats, la biodiversité mondiale continuera de décliner.

            Le 15 septembre, dans la foulée du LPR, les Nations Unies ont aussi publié les «Perspectives mondiales de la biodiversité» (Global Biodiversity Outlook 5), qui révèlent que sur les 20 objectifs en matière de biodiversité que les gouvernements mondiaux se sont engagés à atteindre en 2010 en l’espace d’une décennie, aucun ne sera pleinement réalisé. Seuls six ont été atteints, partiellement. C’est une grande déception. L’incapacité du monde à atteindre ces objectifs rendra probablement la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) beaucoup plus difficile pour les pays et compromet les progrès réalisés dans la lutte contre le changement climatique. Ce n’est pas vraiment une surprise : les efforts mondiaux pour faire face à la crise de la biodiversité ont jusqu’à présent été entachés d’une absence flagrante de volonté politique, de l’inaction et du manque d’ambition nécessaires pour aborder efficacement la dégradation de la nature, même au niveau national.

            Les deux rapports ont montré très clairement que nous avons besoin d’une action urgente et décisive pour inverser la tendance à la dégradation de la nature et sauvegarder l’avenir des personnes et de la planète. C’est pourquoi nous avions de si grands espoirs pour l’AGNU 2020. Cette année, pour la première fois en 75 ans d’Assemblées générales, la nature a bénéficié de la plateforme qu’elle méritait, ce qui était une occasion cruciale pour les dirigeants de faire preuve d’ambition et d’accélérer l’action en faveur de la biodiversité pour le développement durable.

Pour donner le ton, des organisations représentant des centaines de millions de personnes et des centaines d’entreprises ont lancé des appels coordonnés aux gouvernements afin qu’ils agissent pour sauver la nature.

            Dans son discours à l’Assemblée générale le 22 septembre, le président Xi Jinping a donné un coup de fouet bien nécessaire à l’action en faveur du climat en s’engageant à ce que la Chine atteigne son pic d’émissions avant 2030 et devienne neutre en carbone avant 2060. Le rôle moteur de la Chine dans la relance de l’action en faveur du climat est admirable, et le président Xi a maintenant une occasion en or de diriger l’effort mondial visant à inverser la tendance à la perte de la nature, sans laquelle les efforts d’atténuation du changement climatique seront totalement insuffisants. En tant qu’hôte et président de la conférence sur la biodiversité qui se tiendra à Kunming l’année prochaine, la Chine a un rôle incroyablement important à jouer en invitant les gouvernements à élaborer un plan d’action plus détaillé pour inverser la perte de la nature.

Un autre moment crucial de l’AGNU a eu lieu lorsque l’Union Européenne et les dirigeants politiques représentant 75 pays des cinq continents ont pris un engagement en faveur de la nature, s’engageant à inverser la tendance à la déperdition de la nature d’ici 2030. Cet engagement, que le WWF est fier d’avoir soutenu et contribué à faciliter, a permis aux pays de faire preuve d’un leadership fort pour mettre un terme à la perte de biodiversité tout en créant un précédent que d’autres pays pourront suivre pour relever collectivement les défis de la perte de la nature et du changement climatique.

Enfin, avant la conclusion de l’AGNU, le tout premier sommet des Nations unies sur la biodiversité a eu lieu – un événement d’une journée consacré à la lutte contre la crise de la biodiversité. Les chefs d’État se sont réunis pour discuter de la dégradation de la nature et de la nécessité urgente d’accélérer les mesures en faveur de la biodiversité pour le développement durable. S’appuyant sur l’engagement des dirigeants en faveur de la nature, il a permis aux chefs d’État et de gouvernement et à d’autres dirigeants de se montrer plus ambitieux pour l’élaboration du cadre mondial pour la biodiversité de l’après-2020, qui sera adopté lors de la 15e conférence des parties à la convention sur la diversité biologique en 2021.

Et maintenant que l’AGNU est terminée pour une autre année, que faire ? L’engagement des dirigeants a été un moment important au cours duquel les pays ont fait preuve d’un véritable leadership – mais nous devons maintenant leur demander des comptes, encourager les autres à se mobiliser et veiller à ce qu’ils agissent. Nous ne voulons pas d’autres fausses promesses comme ce que sont devenus les objectifs d’Aichi pour 2030.

            C’est la première fois que nous voyons autant de pays s’unir et envoyer un signal commun pour que le monde augmente considérablement son ambition sur la nature, afin de sauvegarder à la fois l’homme et la planète. La dynamique ainsi créée signifie que lors de la prochaine grande réunion mondiale sur la biodiversité – qui se tiendra l’année prochaine en Chine – les dirigeants du monde n’auront d’autre excuse que d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’action mondial pour placer la nature sur la voie de la reprise. Espérons qu’ils le feront et assurons-nous qu’ils le feront.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •