Alexis Thambwe : « Le Sénat veillera scrupuleusement à l’exécution du Budget 2020 »

0
72

La tradition a été respectée dans les deux chambres du Parlement, où la clôture de la session de septembre 2019 est intervenue hier le 15 décembre conformément à la Constitution.

Dans son allocution de circonstance, le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba a brossé succinctement la situation générale du pays avant de s’appesantir sur les activités parlementaires.Il a d’abord déploré les différents événements malheureux, les catastrophes naturelles et les massacres dont sont victimes les compatriotes de Beni, qui ont endeuillé le peuple congolais durant ce dernier trimestre de l’année 2019.

         Il s’agit notamment de la résurgence des épidémies tueuses de rougeole et d’Ebola qui, à elles seules, ont fait quelque 6.000 morts. Il y a aussi dans ce chapitre les inondations désastreuses qui ont affecté des villages et villes dans la partie Nord du pays ainsi que quelques quartiers de la capitale Kinshasa en causant des dizaines de morts. « Toutes ces catastrophes se joignent aux tueries atroces et récurrentes des filles et fils du pays dans sa partie Est », a déploré le président de la Chambre haute tout en appelant à la solidarité nationale pour offrir aux populations meurtries et désespérées la possibilité d’expérimenter de nouveau la paix.

          A ce sujet, tout en appréciant les offensives menées sur le terrain par les FARDC sous le leadership du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, l’orateur a exhorté la MONUSCO à plus d’engagement aux côtés des troupes régulières congolaises pour la restauration de la paix dans la partie orientale du pays.

Budget : le satisfecit d’Alexis Thambwa

         Abordant le chapitre lié aux activités parlementaires, le président du Sénat a tenu à rappeler que sa chambre n’a pas dérogé à la règle. Elle a bien rempli sa mission durant cette session dite budgétaire, en votant la loi de finances 2020 qui comporte le budget national ainsi que celle portant reddition des comptes de l’exercice 2018.

         Il a remercié ses collègues sénateurs pour le travail abattu dans des conditions temporelles exceptionnellement contraignantes pour doter le pays du budget indispensable pour son fonctionnement. Avant d’exprimer sa satisfaction du fait que le budget voté est empreint d’une tendance haussière ; il traduit la volonté du Gouvernement de matérialiser le prescrit constitutionnel de rendre gratuit l’enseignement primaire ; la Caisse Nationale de Péréquation y bénéficie pour la première fois d’une allocation d’environ 1.022 milliards de FC. Ce en plus d’un budget de rémunération et de fonctionnement relatif à la Direction générale et au Conseil d’Administration de ladite Caisse.

         Pour ce faire, le Sénat en tant qu’émanation des provinces, veillera scrupuleusement à l’exécution complète de la loi de finances en général, et en particulier sur :

– La gestion saine et transparente des ressources affectées au fonds de la Caisse Nationale de Péréquation ;

– L’effectivité de l’application de la gratuité de l’enseignement primaire, notamment par la mécanisation des enseignants non payés et des nouvelles unités ;

– L’accès aux soins de santé pour tous en vue d’atteindre progressivement la couverture santé universelle ;

– L’installation effective d’un marché financier intérieur, national et interprovincial ;

– L’opérationnalisation du fonds minier pour les générations futures.

         Par ailleurs, il a indiqué qu’hormis les deux matières primordiales de la session de septembre dite budgétaire, le Sénat a aussi voté d’autres lois notamment celles autorisant la ratification des accords internationaux conclus entre la RDC et ses partenaires.

         A cela, il faut ajouter les nombreuses missions parlementaires effectuées à l’extérieur du pays.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •