Albert Yuma préconise des mesures contre les dysfonctionnement Gouvernementaux

0
270

En partenaire actif et privilégié du gouvernement de la république, le
prochain qui accompagnera les premiers pas de la 5 ème république, la
Fédération des entreprises du Congo a saisi l’occasion de la cérémonie
de présentation de vœux à ses membres et aux opérateurs économiques de
la RDC, intervenue hier mardi 29 janvier 2019, à son siège national,
pour exprimer sa sympathie et son soutien aux animateurs de nouvelles
institutions de la République.
Témoins de l’événement, l’ambassadeur de l’Union africaine, Abdou
Abarry, sénateurs et députés, ainsi que d’autres notabilités de notre
pays.
Dans son discours, Albert Yuma Mulimbi a tenu à rendre hommage au
président Joseph Kabila pour avoir concrétisé la passation civilisée
de pouvoirs entre lui et son successeur, le président élu entrant
Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.  Le président national de la FEC a
dressé avant tout un bilan sommaire de grandes actions menées par
Joseph Kabila depuis son accession au pouvoir jusqu’à la fin de son
dernier mandat, actions qui ont sorti notre pays, de la guerre de
rébellion et des conflits armés, de l’isolement diplomatique et de
l’embargo des institutions de Bretton Woods et d’autres partenaires de
la RDC. Sous son leadership, les relations de coopération ont été
rétablies et notre pays redevenu crédible, son économie a bénéficié
des soutiens de la communauté internationale, avec pour
caractéristique essentielle, une relative stabilité du cadre
macro-économique avec une inflation des biens et services comprise
autour de 1,5 % et une croissance économique revue à la hausse, en
raison de l’amélioration des cours de matières premières.
Tout en saluant l’investiture du nouveau président de la République
Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, La FEC a tenu à formuler une série
de recommandations pour permettre l’amélioration de la situation
économique de notre pays, et particulièrement celle des agents de
l’Etat, du climat des affaires et l’application d’une fiscalité
avantageuse pour le monde économique. Entre autres propositions
formulées, Albert Yuma préconise l’élaboration d’une politique
économique réaliste et ambitieuse avec des mesures courageuses contre
les dysfonctionnements gouvernementaux, le non respect de la
hiérarchie administrative dans l’édiction des textes réglementaires et
de l’application des dispositions réglementaires par les agents
eux-mêmes, qui ont eu tendance à considérer leurs fonctions comme des
charges et leur administration comme leur patrimoine privé.
Contre des situations irrégulières, irrationnelles et incohérentes
dénoncées auprès des autorités compétentes, et qui sont légion, les
plaintes de la FEC ont été ignorées soit rejetées, pendant que les
requêtes introduites à la justice tendant à les annuler, n’ont pas été
suivies des décisions satisfaisantes dans le délai requis, exposant
les entreprises au risque des paiements indus et aux tracasseries
diverses.
Comme thérapeutique à divers maux qui rongent l’économie de notre
pays, la Fédération des entreprises du Congo a formulé à l’endroit du
futur gouvernement, un cahier de charges et l’élaboration d’une
politique économique du développement volontariste axée sur
l’investissement et la création de richesses locales, la relance de
l’industrie, pour atteindre les objectifs de la transition écologique,
l’énergétique ou des transports. Pour  terminer, il a exhorté le
gouvernement à faire de la rédevabilité et de la responsabilité, son
cheval de bataille.

J.R.T.

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •