Agriculture : produire davantage des ignames

0
157

«Avant 2021, après une « Décennie Nationale des Ignames », la production d’ignames comestibles devrait atteindre 8%, comme les bananes, diversifiant et améliorant quantitativement et surtout qualitativement la ration alimentaire de dizaines de millions de Congolais », indique un document publié par l’organisation Jeep (Jardins et élevages de parcelle) dans les milieux de la société civile pour un plaidoyer pour la relance de la production des ignames. Cette organisation est dirigée par le professeur Jacques Paulus. 

            Le document signale qu’avant l’arrivée des Bantu, des Soudanais et des Nilotiques, dans les campements Pygmées de l’actuelle Rd Congo, on mangeait des ignames, des produits forestiers non ligneux…On consommait les mêmes produits avant l’arrivée des Portugais, et quelques variétés de manioc, dans les empires, les royaumes, les chefferies, les villages et les campements de l’actuelle Rd Congo. 

Citant les statistiques du ministère de l’Agriculture, publiées par la revue « La Voix du Congo Profond » de juin 2010, le document signale qu’ « actuellement le manioc plane avec 73% des productions vivrières, suivi par les bananes (8%), le maïs (4%), le riz (2%), la patate douce (2%). Les ignames doivent se trouver dans les 1% environ. »

            « Depuis 20 ans ou plus, le manioc est en crises à répétition :

maladies virales et autres. Comme il représente 73% des productions vivrières de la Rd Congo, il a semblé logique de s’empresser à son chevet d’où de nombreux projets nationaux et internationaux :

sélection de variétés résistantes locales, introduction et acclimatation de variétés étrangères, … », dit le document.

            Pour l’Ong Jeep, il serait grand temps de compléter ces interventions curatives par un vaste programme de diversification des tubercules alimentaires et de ramener les ignames au moins à un rang équivalent à celui des bananes. Abordé par Le Phare au sujet de ce plan décennal, le Professeur Paulus a déclaré qu’il espérait le voir lancé d’ici un an par le ministère de l’Agriculture. Il nous a signalé que le conseiller agricole du ministre de l’Agriculture est bien informé du projet et disposé à y collaborer. Le Secrétaire général du  ministère de l’Agriculture est aussi favorable au projet et aurait promis de réunir un groupe informel de tous ceux qui s’intéressent à cette relance des ignames pour définir une stratégie et se répartir les tâches. 

Jean- René Bompolonga

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*