Afrique du Sud – RDC : plus besoin de visa pour les officiels

0
285

Les officiels congolais détenteurs des passeports diplomatiques et de
service peuvent désormais entrer à Pretoria en Afrique du Sud sans
visa et vice-versa. Cette avancée diplomatique entre ces deux pays
d’Afrique a été rendue possible grâce à la signature de l’Accord
d’exemption de visas au profit de cette catégorie de personne,
intervenue le lundi 31 juillet 2017 en Afrique du Sud entre le Vice
premier ministre, ministre congolais de l’Intérieur et Sécurité,
Emmanuel  Shadari, et son homologue sud-africain, Hlingiwe.

Cet accord consécutif à la dernière réunion des chefs d’Etat
congolais et sud-africain le mois dernier, vise à permettre la libre
circulation des officiels appelés à mettre en œuvre différents accords
signés dans divers domaines par les deux pays, comme celui concernant
la migration. Par officiels, on entend notamment les membres du
gouvernement, les parlementaires (députés et sénateurs), les
dépendants des députés, des ministres, les hauts fonctionnaires, tous
détenteurs de passeports diplomatiques et de service.
Selon le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur de la RDC, la
signature de cet accord négocié depuis plusieurs décennies est un
grand pas franchi par les deux pays, un tournant décisif qui consacre
l’excellence des relations entre Kinshasa et Pretoria.
A en croire Emmanuel Shadari, dorénavant, les officiels sud-africains
et congolais n’aurons plus à perdre du temps à travers des formalités
d’obtention des visas (entre autre pendant les week-ends) et
capitaliser de ce fait le temps pour l’application des multiples
accords signés entre la RDC et le pays de Mandela.
« … Nous avons signé beaucoup d’accords avec la République
sud-africaine et aujourd’hui si je ne m’abuse, nous sommes au 36ème
accord. Mais l’application de ces accords exige que l’on soit souple,
prêt à tout moment pour ne pas être bloqué par les formalités de
migration ou les formalités au niveau même diplomatique. C’est
pourquoi nous disons, il faut d’abord commencer avec les officiels.
Les autres catégories des personnes viendront après. », a déclaré le
Vice-premier ministre de l’Intérieur lors de la signature de l’accord.
Il a par ailleurs attiré l’attention sur le respect des lois de la
République du fait que cette exemption ne peut être immédiatement
accordée à tout le monde au risque de recevoir dans les deux pays des
personnes non grata, des personnes qui ne remplissent pas les
conditions de venir dans un pays ou dans un autre.
Cette précision était nécessaire car  la communauté congolaise
d’Afrique du Sud a jubilé dans les rues de Pretoria à l’annonce de
cette nouvelle ,pensant qu’elle concernait tout le monde.

Myriam Iragi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •