Affaires foncières :plus de «biens sans maîtres» sous le mandat de Molendo Sakombi

0
77

C’est hier sous le coup de 14 heures que le nouveau Ministre des Affaires foncières Aimé Molendo Sakombi a pris officiellement ses fonctions. Le cabinet a dû refuser du monde, car une foule immense s’y était amassée. Elle était composée notamment des cadres et agents de l’administration foncière, des membres de son parti politique UNC, ainsi que des amis et connaissances venus assister à la cérémonie de remise et reprise.

            Prenant la parole pour la circonstance, le ministre Molendo Sakombi s’est dit conscient de l’image négative et de mauvaise réputation que l’opinion se fait actuellement du ministère des Affaires foncières.

            Voilà pourquoi il prend l’engagement de placer son mandat sous le signe du renouveau. Ainsi, toute action à mener sera placée sous cette donne de changement.

            Le nouveau locataire des Affaires foncières compte imprimer le renouveau dans la mentalité de ses collaborateurs de l’administration foncière, tout comme de ceux du cabinet qu’il aura à former, et dans les méthodes de travail.

            En rapport avec le changement des mentalités, Molendo Sakombi a promis de donner le meilleur de lui-même pour que les Affaires foncières, considérées aujourd’hui à tort ou à raison comme un ministère où règnent des abus de tous genres au détriment des paisibles citoyens, des investisseurs, des partenaires étrangers, voire les pouvoirs publics…changent d’image auprès de l’opinion.

            Concernant les méthodes de travail, il militera pour l’application rigoureuse des lois en vigueur relatives au domaine foncier, en vue de permettre à l’Etat congolais de rentrer dans la jouissance de ses droits longtemps bradés et spoliés par quelques individus sans éthique ni morale.

            Pour y parvenir, le ministre Molendo promet de faire signer un acte d’engagement pour le renouveau en vue des résultats attendus à chaque Circonscription foncière du pays.

« Prenant exemple sur le Chef de l’Etat dont le programme d’urgence des 100 jours a donné des gages de sa volonté de mener une politique différente tournée vers l’intérêt supérieur du peuple, je vais publier dans les prochains jours, les axes prioritaires de la politique foncière que je compte impulser ».

Pas de « biens sans maîtres » sous mon mandat

            En attendant la publication de la feuille où seront reprises les priorités de son action, le ministre Molendo a quand même lâché : «Je vous annonce solennellement que, sous mon mandat, il n’y aura plus d’arrêtés afférents aux biens sans maîtres».

            Pour cela, le ministre annonce qu’il prendra des mesures conservatoires pour protéger lesdits biens et le cas échéant, il n’hésiterait pas à abroger certains arrêtés iniques qui ont délibérément et profondément lésé de paisibles citoyens, compatriotes ou étrangers.

            « Dans cette dynamique, le Secrétaire général du ministère sera la cheville ouvrière appelée à contrer, par des audits réguliers, cette magouille rampante érigée en mode de gestion, qui a jeté un voile d’opprobre et de discrédit sur l’ensemble du secteur foncier congolais ».

            Pour ce faire, il invite les conservateurs des titres immobiliers ainsi que les cadres et agents de l’administration foncière à s’inscrire dès à présent dans le renouveau. « Les sanctions ne seront pas que négatives. Il sera prévu des sanctions positives à l’endroit des agents méritants ».

            A contrario, Aimé Molendo met en garde les réfractaires au changement en les enjoignant d’abandonner les mauvaises pratiques. Car, il sera impitoyable envers les récalcitrants.

            Par ailleurs, il promet de mettre en place des mécanismes spécifiques de gestion en vue de maximiser les recettes de son secteur, en réponse à l’appel du chef du gouvernement.

            Enfin, il annonce de nombreuses réformes parmi lesquelles la numérisation des titres fonciers et immobiliers en vue de moderniser le secteur foncier congolais.Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •