Affaire sextape : l’Evêque Mukuna remet les pendules à l’heure

0
596

Comme promis la veille dans une brève communication audio à l’équipe de presse de son église, l’évêque Pascal Mukuna, chef spirituel de l’Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK), s’est exprimé hier en profondeur à l’heure annoncée dans l’émission «Bosolo na Politik» en vue d’éclaircir la lanterne des Congolaises et Congolais sur la ténébreuse affaire de sextape qu’on lui a collé et qui a suscité beaucoup de commentaires sur la toile le week-end.

            Son intervention était subdivisée en trois grandes parties à savoir :  la philosophie de son combat à travers son mouvement citoyen «Éveil Patriotique» ; la motivation de la plainte qu’il se propose de déposer contre l’ancien Président de la République et son régime pour des crimes commis ; ainsi que sa réplique aux fausses vidéos de sextape qu’on lui attribue.

            Au premier point, il a expliqué que l’histoire de l’humanité démontre qu’à un moment donné de la vie, il faut s’arrêter et s’interroger pour savoir d’où on vient et où on va. Après cet exercice, une option devrait être levée. Voilà qui explique la création de son mouvement citoyen dont le but est d’aider le peuple congolais à se libérer de l’emprise du régime Kabila, qui ne veut pas partir, malgré le grand tort causé au pays et à son peuple.

            Après l’analyse de la marche du pays, il s’est rendu compte que le régime passé a causé énormément de torts au pays, au point de le faire régresser de plusieurs années en arrière au moment où toutes les nations du monde militent pour leur émergence.

            Pour toutes ces raisons, Pascal Mukuna est décidé, avec son mouvement «Éveil Patriotique», à libérer le peuple congolais afin de lui permettre de jouir d’innombrables richesses de son sol et son sous-sol.

            Quant au deuxième point lié aux raisons qui le poussent, avec son mouvement, à porter plainte contre Joseph Kabila, il a énuméré plusieurs griefs allant du pillage des ressources de son pays à la violation massive des droits de l’homme, marquée par de nombreux assassinats, en passant par la corruption, le détournement  des deniers publics, la concussion, etc.

Rien de neuf, le FCC mise

 sur les mêmes méthodes

            «Pas de surprise, je savais que cela allait m’arriver. Et d’autres coups m’arriveront toujours. Mais, ceux qui pensent que cela m’affaiblira se trompent. Au contraire, ça renforce davantage mon combat».

            Les mots sont de l’évêque Pascal Mukuna. Il réagissait ainsi à l’affaire de sextape pour laquelle beaucoup de commentaires ont été faits dans les médias, particulièrement ceux en ligne et les réseaux sociaux.

            Ce n’est pas une première. Car, c’est le modus operandi de l’ancien régime qui croit qu’en utilisant le mensonge et autres montages, il réussira à faire taire ceux qui combattent les antivaleurs qu’il incarnaient.

            Les scanari montés respectivement contre le pasteur Kutino Fernando, Eugène Diomi Ndongala, Moïse Katumbi, Franck Diongo…constituent la preuve que ledit régime a toujours procédé ainsi pour régler des comptes aux combattants de la liberté, qui oeuvrent pour la libération totale du peuple congolais.

            Pourquoi ne faites-vous pas le bilan de Félix Tshisekedi alors que ça fait une année qu’il est au pouvoir, mais vous continuez à vous attaquer à Joseph Kabila ?

Réponse : «Je ferai le bilan de Félix Tshisekedi lorsqu’il sera totalement responsable de la gestion du pays. Pas dans ce régime de coalition où il n’a pas les mains libres du fait que le Fcc s’est octroyé de la manière qu’on connaît, la majorité au parlement national ainsi que dans ceux des provinces.

            Revenant sur l’affaire de sextape, il a qualité de ridicule un tel montage. Avant de poser quelques questions démontrant la fausseté des vidéos : «quel est le nom de la femme? Pourquoi on ne montre pas son visage ?» Pour Pascal Mukuna, «ce sont des stratégies pour me décourager, et surtout pour obtenir la désolidarisantion du peuple à mon combat. Malheureusement, ils ont lamentablement échoué».

            Le chef spirituel de l’ACK  a clos son intervention en réaffirmant sa détermination à aller jusqu’au bout de son combat en vue de libération totale du peuple congolais.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •