Affaire Malonda : l’EIPJ projette une marche de colère le 9 juillet

0
77

L’Espace Inter-Plateforme de la Jeunesse (EIPJ) dénonce le passage en force de l’Assemblée nationale, lors de sa plénière du jeudi 02 juillet 2020, dans la désignation de Ronsard Malonda à la présidence de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). Selon son coordonnateur, Odon Okoma, le choix de celui qui avait tenu le Secrétariat technique, épicentre des fraudes électorales de 2006, 2011 et 2018, sous les mandats des tristement célèbres Malumalu, Ngoy Mulunda et Corneille Nangaa, préfigure la non-transparence des élections de 2023.

Cette structure des jeunes parle d’une entorse au processus d’instauration d’un véritable État de droit en RDC. Elle projette, à cet effet, des manifestations de grande envergure pour s’opposer à ce qu’elle qualifie de prise en otage institutionnelle du pays. C’est l’essentiel du message livré par Odon Okoma au cours du point de presse qu’il a organisé le samedi 4 juillet, à son siège, dans la commune de Limete.

Soucieux de l’émergence de la bonne gouvernance au sein de toutes les institutions de la république, l’EIPJ RDC tient au respect des règles démocratiques dans la désignation de leurs animateurs, notamment un vote transparent, à défaut d’un consensus.

L’EIPJ/RDC considère le passage en force de la chambre basse du parlement comme une provocation délibérée à l’endroit de la population congolaise, dont le souhait le plus ardent est de voir de profondes réformes intervenir au sein de la Ceni, avant la mise en place de ses animateurs. Comme expression de sa colère, cette association projette d’organiser une marche de protestation en date du jeudi 9 juillet.Murka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •