Affaire ITA/Mombele : à propos de l’article « L’incroyable histoire d’un arrêté dérobé » Réaction du Chef de Division Urbaine de l’Urbanisme de Mont-Amba

0
133

 

J’ai lu avec intérêt et attention soutenue autant que vos nombreux lecteurs, l’article intitulé « L’incroyable histoire d’un arrêté dérobé » paru dans l’édition du 26/04/2012 de votre Journal « Le Phare », commentant la mise au point faite à ce sujet par le chargé de Presse de l’Honorable César LUBAMBA Ancien Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat en rapport avec l’affaire mentionnée ci-haut. Tout en reconnaissant le mérite et la pertinence à quelque chose prête de votre analyse, ce dont je vous remercie, et du contenu révélateur de votre texte aussi bien que celui de votre contradicteur, je constate néanmoins que quelque part, j’ai été nommément et intentionnellement cité en mal, de manière à ternir l’image de ma personne par des propos et allégations non avérés.
 
A cet effet, j’aurais dû me taire par simple souci de réserve mais pour ma notoriété publique, ma réaction paraît bien indiquée, en vue de rétablir en sept (7) points ci-après la vérité visiblement moins bien traduite par les auteurs de ces deux têtes. Ne dit-on pas que « qui ne dit mot consent ? ».
 
Premièrement : Le projet d’aménagement du terrain de l’Institut Agricole de MOMBELE/LIMETE date de longues années avant mon avènement à la tête de la Division Urbaine de l’Urbanisme Mont-Amba qui aurait dû, par simple coïncide connaître son aboutissement à mon temps. De ce fait, je ne suis pas le promoteur de ce projet. Autant, je ne suis ni dérobeur ni complice de fortune de l’arrêté n°017 du 20 février 2012 encore moins celui n°044 du 02 Septembre 2011 qui se seraient égarés au Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat ou ils étaient élaborés pour finir par atterrir mystérieusement sur mon Bureau à la Division Urbaine. Sur ce, le malin tireur.de ficelle est donc à trouver parmi des membres de Cabinet sortant de ce Ministère.
 
Deuxièmement : C’est plus, sans vouloir faire la défense de qui que se soit, une fausse alerte lorsque votre rédaction affirme sans retenue que le projet consacré par l’arrêté n°017 cité ci-haut du Ministre.de l’Urbanisme et de l’Habitat vouerait ITIA/MOMBELE à la disparition totale, au vu des documents en ma possession, conçus à différents échelons en rapport à ce projet. Car, amélioré techniquement et exécuté harmonieusement, celui-ci pourrait à mon point de vue être bénéfique et avantageux à la communauté, tout en préservant la vocation initiale du site ITA/MOMBELE, à savoir : recevoir les activités socio-culturelles. Ce projet avait bien déterminé la subdivision substantielle de sept (7)
îlots affectés aux différents usages de façon proportionnelle. Le plan amélioré produit par mes services techniques, que je devrais envoyer auprès des Autorités Urbaines à leur demande est tranchant à ce sujet et en fait foi. Ce plan est encore gardé au niveau de la Division Urbaine de l’Urbanisme / Mont-Amba suite à la décision des Autorités Urbaines d’arrêter les travaux d’aménagement de ce site.
 
Troisièmement : Cette décision d’arrêter les travaux de matérialisation dudit projet par l’Autorité Urbaine est intervenue plus ou moins une semaine seulement après le début de l’exécution des dispositions de cet arrêté. C’est-à-dire, à peine on a commencé à tracer la polygonale sur le terrain pour ressortir la subsistance même de la composante de ce projet. Il ne pouvait donc pas encore être question de morceler ce terrain en parcelles résidentielles de surcroît. D’où il était aussi prématuré au niveau de votre rédaction de parler de vente des parcelles à de soit disant membres de Cabinet du Ministre ou à d’autres preneurs imaginaires qui d’ailleurs s’ils existaient n’auraient toujours pas dû attendre longtemps pour réclamer leur argent, n’ayant pas trouvé satisfaction à leurs demandes jusqu’à ce jour. je ne connais pas un cas de vente des parcelles de terre, qui ait été opérée à ITA/MOMBELE jusqu’au moment où nous avons été relevés du terrain et de nos fonctions dans les conditions inexpliquées. A ce stade il n’était seulement question que de dégager les îlots tels que définis dans le plan approuvé, joint à l’arrêté n°017 sus-évoqué et soumis à notre niveau aux améliorations techniques éventuelles instamment souhaitées par l’Autorité Urbain de Kinshasa. (Voir sa lettre n°SC/397/GPK/SEC.EXE/NGO/2012 du 23 Mars 2012). Ces allégations sont donc entièrement fausses.
 
Quatrièmement : .Le projet de plan d’aménagement approuvé par arrêté du terrain de ITA/MOMBELE, le second il est important de te souligner, a été béni et appuyé par des Hautes Instances du Pays. Preuve, cette abondante correspondance échangée à ce sujet entre Différents Responsables de l’Etat (Primature, Ministères, Gouvernorat et Ministères Provinciaux de la Ville etc…), avant que ma responsabilité en tant Chef de Division de l’UrbanismelMont-Amba soit engagée pour l’exécution dudit projet, sur injonctions personnelles et express de Leurs Excellences Messieurs le Gouverneur et le Ministre provincial des Affaires Foncières, Urbanisme et Habitat de la Ville Province de Kinshasa.
 
Cinquièmement : A mon avis, il n’est pas exact de faire croire à l’opinion que l’on a profité de l’absence du Ministre de Tutelle qui pourtant était quand même représenté par un intérimaire dans le cadre de la continuité de l’action de l’Etat. Il y a lieu de rappeler que même celle qui a engagé la primature par la toute récente lettre n° RDC/GCICPM/0162 du 20 Mars 2012 est aussi une personnalité Intérimaire. Au niveau de la Ville de Kinshasa cependant, toutes les Autorités impliquées dans ce dossier sont de pleins pouvoirs. Cette allégation est aussi fausse.
 
Sixièmement: Par conséquent, il est regrettable voire malsain de la part du Chargé de Presse de l’Honorable César LUBAMBA, Ancien Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat et Auteur même des actes dits controversés, de se féliciter de la mesure disproportionnelle prise hâtivement en mon endroit par Son Excellence Monsieur le Gouverneur de la Ville de Kinshasa, constamment induit en erreur. Celle consistant à me « remettre » auprès de mon Ministère d’origine, sans aucun égard aux dispositions statutaires en matière de discipline (Voir art. 60 et 62 al. 1 et 2 du Statut du personnel de carrière des Services Publics de l’Etat). C’est pourquoi d’ailleurs, j’ai eu à le stigmatiser administrativement au moment opportun.  A ce sujet, j’attends encore la suite que l’Autorité compte y réserver.
Toutefois, je reste confiant en la lucidité de mon Chef Hiérarchique, Monsieur le Gouverneur de la Ville, et en son esprit d’équité, espérant qu’il va revoir cette mesure qui ne cadre ni avec la vérité, ni avec la justice dans un Etat de droit qui est le nôtre, la RD.Congo. Mon seul péché ayant été, d’être Chef de Division Urbaine de l’Urbanisme de Mont-Amba, et par voie de fait, d’avoir accepté d’exécuter promptement la tâche me confiée naturellement par mes Chefs hiérarchiques, auxquelles pourtant je dois inexorablement soumission, tous azimuts. 
 
Septièmement : Il est établi que la responsabilité de la « Confusion » créée dans le processus de l’exécution de l’arrêté n°017 du 20 février 2012, portant Aménagement du terrain de I’ITA/MOMBELE est à rechercher ailleurs et ne doit nullement incomber ni au chef de Division que je suis que l’on cherche à rendre victime innocemment, ni à l’équipe technique que j’ai placée sur le terrain à cette fin, suivant l’Ordre de service dûment établi par moi et confirmé par celui dressé par le Ministre provincial des Affaires Foncières, Urbanisme et Habitat avec une différence de un ou deux noms soustraits de la liste. Tous les autres services parallèles de l’Etat qui se mouvaient aux côtés de cette équipe, y étaient envoyés indépendamment de moi, par leurs Responsables Respectifs avec documents à l’appui. Rapports à ce sujet avaient été fait à qui de droit pour appréciations et instructions éventuelles à attendre de sa part.
Voilà Monsieur l’Editeur Responsable qui lève, j’en suis sûr, l’équivoque qui planait encore sur ce dossier épineux quant à la responsabilité que d’aucun ne souhaiterait pas logiquement me la voir coller à la peau si gratuitement. Affaire donc à suivre attentivement.
 
NKIANLUTA DIKI 
Joachim
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*