Affaire des véhicules neufs de l’APK détournés : Roger Nsingi transféré à la Prison centrale de Makala

0
213

Le feuilleton de l’affaire de onze véhicules neufs de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, acquis en décembre 2019 et distribués de manière cavalière à ses proches par Roger Nsingi, et qui n’ont pas été restitués lors de la cérémonie de remise-reprise entre le Bureau sortant et le Bureau entrant, a connu un autre épisode avec l’incident survenu le mercredi 10 avril 2019, aux cachots du Parquet de grande instance de la Gombe,  où il séjournait depuis le lundi 8 avril 2019.

            A l’issue de sa comparution devant un magistrat instructeur du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, Roger Nsingi, ancien président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa avait été acheminé sous solide escorte policière, aux cachots de cette juridiction. Installé sur une chaise en plastique, et visiblement démoralisé, il ne savait pas que le processus de sa déchéance prendrait une autre tournure. Quand le fourgon est arrivé à 17 heures, les policiers commis à la surveillance des cachots ont commencé à faire l’appel des prévenus devant être acheminés à la Prison centrale de Makala. Invité à embarquer dans ce véhicule dépourvu de confort, l’homme s’est emporté contre cette manière d’être traité. Il a résisté, a signalé un des policiers, insistant sur sa qualité et son rang. On lui fera remarquer que devant la justice quand on est prévenu, on perd de considération, ainsi que les égards dus à ses anciennes fonctions.

            Certainement habitué au cérémonial protocolaire partout où il passait, il aurait souhaité que ce transfert se fasse à bord d’un de ses véhicules privés. Coriaces et intraitables, les éléments de la Police militaire faisant partie du convoi, l’ont embarqué de force, dans le fourgon pénitentiaire. Triste sort pour le prestigieux président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa qui, à ses heures de gloire, avait fait trembler non seulement l’ancien gouverneur de la ville de Kinshasa, mais aussi les membres du gouvernement provincial, par des motions d’interpellation et de défiance.

            Pour la petite histoire, cette affaire a débuté en décembre dernier, avec l’acquisition par cet organe délibérant, de onze véhicules dont un mini-bus Toyota Hiace de couleur blanche, une jeep Toyota Land Cruiser, une jeep Ford Everest de couleur blanc cassé, trois Toyota Fortuner de couleur noire, une camionnette fourgonnette, trois jeeps et une motocyclette.   

Une répartition des engins faite sans respect de la procédure

            Aussitôt arrivés, les véhicules ont été vite distribués par l’ancien président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa à ses proches, des membres du Bureau sortant et autres connaissances. Ce qui choque les anciens députés provinciaux et les fonctionnaires est que le personnel administratif et technique, dépourvu de moyen de transport, était obligé de recourir aux bus Transco, New Transkin ou les taxis pour leurs courses de service. Et dès que le nom du nouveau président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa a été connu, dans les documents de remise-reprise apprêtés, il était signalé quelques épaves que l’on pouvait imaginer inutilisables et donc irrécupérables.

            L’affaire pouvait s’arrêter à ce niveau. N’eût été la vigilance des agents de services administratifs révoltés, ce détournement du patrimoine de l’APK passerait inaperçu. Une plainte en bonne et due forme a été envoyée au Commissariat provincial de la police pour demander à ce service d’ordre de l’Etat de récupérer tous les véhicules de service détournés. Des limiers du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants dépêchés le vendredi 5 avril 2019, à la résidence de Roger Nsingi, sur avenue Allée Verte n° 67, quartier Joli Parc, commune de Ngaliema, ont été accueillis par la sentinelle qui a aussitôt alerté l’épouse de l’ancien président de l’APK encore dans son lit. Et elle en fera part à son mari.

            Brutalement réveillé, ce dernier a exigé la présentation des ordres de mission de policiers. Il y avait un ordre de mission du Commissariat provincial, un mandat de perquisition et une liste des véhicules recherchés par l’APK. Dans cette parcelle, deux véhicules garés dans un coin répondaient à l’identification des engins de cet organe délibérant. Il s’agit du mini-bus Toyota Hiace et d’une jeep Ford Everest. Ce sont des pièces à conviction. Une chaude discussion entre les policiers et Roger Nsingi a enflammé les esprits. Forte résistance. Pour Roger Nsingi, l’Etat lui doit beaucoup d’argent et il gardait ses engins jusqu’à l’apurement de ces litiges financiers. Avait-il le droit de se rendre justice ? C’est dans ces circonstances qu’il a été amarré et conduit au Commissariat provincial pour y être entendu. Par ses explications, les policiers ont réalisé que trois jeeps étaient cachées dans son village à Ngidinga, non loin de Ngeba, dans le Kongo central. Trois de ses proches ont été prompts à rendre à l’APK, les jeeps en leur possession.

            Aujourd’hui, on attend que les autres engins prétendus à l’état d’épaves  soient ramenés à Kinshasa.

Affaire à suivre !

                   J.R.T. 

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •