Affaire colonel Omba : l’audience renvoyée à une date ultérieure

0
92

L’audience en  continuation dans l’affaire opposant l’auditeur général des Fardc et le colonel Raymond Omba, Sénateur aujourd’hui,  dans la requête introduite par ce dernier pour la révision de l’arrêt de conseil de guerre  dans le dossier « coup d’Etat monté et manqué» au près de la Haute  cour militaire n’a pas eu lieu vendredi 8 avril 2011 comme prévu.  Pour un motif non connu du grand public, l’affaire a été renvoyée à une date ultérieure, au grand dam de la partie civile.  Invité par la presse à faire le point de la procédure, maitre Franck Mulenda, conseil du Sénateur Omba a indiqué que l’audience devrait consister à vérifier la fiabilité de la photocopie de l’arrêt du conseil de guerre ainsi que l’authenticité du rapport produit par la commission assassinat et biens mal acquis. Au sujet de l’arrêt, maitre Franck Mulenda a affirmé que sur ce volet de l’affaire il y a un début de solution, car a –t-il assuré, il est acquis que le greffe de ce tribunal a été pillé et les avocats du colonel Omba vont soumettre les observations à la cour à la prochaine audience.

Un homme d’honneur

En marge de cette audience non tenue alors qu’il fêtait ses 73 ans, à la question de savoir pourquoi tenait-il   mordicus que justice lui soit rendue trente-six ans après les faits, le Sénateur Raymond Omba a sans détour évoqué sa formation de militaire qui se fonde sur l’honneur, la droiture et l’esprit chevaleresque. «Je ne peux voir mon honneur souillé par quelqu’un que  j’ai servi. C’est de mon devoir de me battre pour le recouvrer », a-t-il déclaré. Et de souligner qu’il se battra quelle que soit  la décision pour que justice lui soit rendue dans ce qu’il a qualifié de cabale politique ourdie contre sa personne.  Si jamais il n’obtenait pas gain de cause de son vivant dans sa démarche en cours, le Sénateur Raymond  Omba la main sur le cœur a martelé que ce combat se poursuivra même par sa progéniture quelque  soit le prix à payer. Car,  celle-ci ne permettra pas d’être couvert par l’opprobre d’être indexée comme la lignée d’un conspirateur alors qu’il a de tout le temps clamé son innocence pour les faits qui l’ont conduit dans les prisons souterraine du pays. 

S’agissant de relations toujours en dents de scie entre les services de sécurité dont la police avec la population et fort de son expérience d’ancien officier, le Sénateur Raymond Omba a fait mention du projet de loi sur la réforme  de services de sécurité dont la police qui sera prochainement débattu  au cours de cette session à la chambre haute du parlement et dont l’objet tourne autour de ce genre de tensions afin de rendre ces services réellement au service de la nation de manière inclusive. Les services de sécurité ne peuvent pas être présents partout à la fois, c’est pour cela qu’ils doivent absolument composer avec les citoyens.  La population doit  devenir l’auxiliaire de services de sécurités en général et la police en particulier, afin de l’aider à accomplir  son travail de tous les jours avec efficacité. Il a néanmoins profité de l’occasion pour lancer  un appel pressant, comme pour  donner tout le sens à  son combat pour éliminer définitivement la culture du «coup d’état monté et manqué» à l’instar de celui de 1975 dans l’appareil de l’Etat qui continue à faire des victimes innocentes jusqu’aujourd’hui. 

 

A.Vungbo   

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*