Affaire Chebeya : John Numbi entendu

0
42

Le général John Numbi Banza Tambo, Inspecteur général de la police, abondamment cité dans l’affaire Floribert Chebeya, Directeur Exécutif de l’Ong la Voix des Sans Voix trouvé mort le 2 juin 2010 à Benseke, dans la périphérie de Kinshasa, a finalement été entendu le mardi 17 août 2010, par l’Auditeur Général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le général Mukuntu Kiyana. C’est la toute première fois, depuis l’éclatement de cette affaire d’assassinat, que ce galonné s’est présenté à la justice. Comme chacun le sait, John Numbi s’est retrouvé sur la liste des suspects en raison du rendez-vous manqué qu’il avait fixé au défunt le mardi 1er juin 2010, dans son cabinet de travail, c’est-à-dire la veille de sa mort et de la disparition de son chauffeur, Fidèle Bazana.  

         Selon une dépêche de l’AFP parvenue au Phare, les installations de l’Auditorat Militaire Supérieur ont été, à cette occasion, placées sous haute protection. Il a été signalé, aux alentours immédiats, un déploiement impressionnant de militaires lourdement armés à pieds et d’autres patrouillant à bord de véhicules.

         Selon la même source, le général John Numbi, libre de ses mouvements, a été auditionné pendant plusieurs heures, plus précisément de la matinée jusqu’en début d’après-midi. Et, à l’issue de ce premier contact avec l’auditeur général, il est reparti chez lui, en compagnie de ses avocats. On croit savoir qu’il pourrait subir d’autres interrogatoires dans les tout prochains jours. On n’exclut pas l’hypothèse des confrontations avec les officiers supérieurs de la police déjà aux arrêts, dont le colonel Daniel Mukalayi, ainsi que d’autres officiers et policiers également arrêtés comme suspects. 

L’ombre de la SADC 

On rappelle que 70 organisations de la Société Civile congolaise et des pays membres de la SADC, ont adressée le lundi 16 août 2010, une lettre ouverte au Président de la République Démocratique du Congo et président sortant de cette organisation sous-régionale, Joseph Kabila, avec copie pour information à son successeur, Hifikepunye Pohamba de Namibie, peu avant l’ouverture du Sommet des Chefs d’Etat qui vient d’avoir lieu dans ce pays. L’objet principal de cette missive était l’exigence de la mise sur pied d’une Commission d’enquête indépendante à la suite de la mort de Floribert Chebeya Bahizire et sur la disparition de son chauffeur, Fidèle Bazana Edadi.

         «Nous faisons appel à votre personne, Excellence, en votre double qualité de Président de la SADC et Président de la RDC, afin d’entreprendre une action urgente et de démontrer votre leadership exemplaire dans cette affaire », écrivent-elles. On lit, plus loin, dans la même correspondance, ce qui suit : « Etant donné ces grosses inquiétudes concernant le déroulement  actuel de l’enquête, nous osons croire que le gouvernement de la RDC a besoin de mettre en place, sans délai, une commission d’enquête indépendante qui devra être : 1) créée par un Décret ministériel sous l’autorité du ministre de la Justice et Droits Humains et approuvée par  le Conseil des ministres ; 2) présidée par une personne indépendante jouissant d’une haute autorité morale et pétrie de connaissances solides du droit congolais ; 3) composées des membres choisis sur la base de leur compétence, leur intégrité et leur indépendance reconnues en tant qu’individus ».

         Beaucoup d’observateurs pensent que l’atterrissage du dossier de Floribert Chebeya sur la table de la SADC a probablement eu pour effet de secouer la justice militaire congolaise eu vue réchauffement de ce dossier judiciaire, qui commençait à donner l’impression d’avoir été jeté dans les oubliettes. A présent que l’Auditeur général Mukuntu a rouvert le dossier, l’opinion tant nationale qu’internationale attend impatiemment son transfert à la Haute Cour Militaire. Il est permis de croire que l’entrée en scène de John Numbi va être la dernière étape de l’instruction d’un dossier dont le rapport d’autopsie, jugé capital pour l’éclairage des circonstances de la mort de Chebeya, se trouve entre les mains de l’Auditeur général des FARDC depuis la fin du mois de juin.

         Il convient de signaler qu’avant d’être transmis à l’Auditeur général des FARDC, le dossier avait transité par l’office du Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, qui avait garanti à tous la carte de la transparence dans la conduite des premières enquêtes préjuridictionnelles.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*