Affaire Bukanga-Lonzo : Matata Ponyo de retour à Kinshasa pour être jugé

0
100

Comme annoncé dans les médias et les réseaux sociaux, Augustin Matata Ponyo, Sénateur de son état et Premier ministre honoraire, est rentré à Kinshasa hier dimanche 09 mai 2021, en provenance de Lomé, en Guinée Conakry. Selon sa déclaration à chaud, il est revenu au pays dans le but de faire la démonstration de son innocence dans l’affaire de la faillite de la ferme agro-industrielle de Bukanga-Lonzo, dans laquelle il est accusé d’avoir détourné plusieurs millions de dollars américains.

            Mais, avant de procéder à son audition par le Parquet général près la Cour Cassation et d’engager d’éventuelles poursuites judiciaires contre sa personne, cette haute juridiction a besoin du feu vert du Sénat, pour la levée de ses immunités. La balle se trouve donc dans le camp de la chambre haute du Parlement.

            S’agissant du dossier Bukanga-Lonzo, rappelons qu’il est reproché à Augustin Matata Ponyo, selon un rapport ficelé par l’Inspection Générale des Finances, le détournement présumé de 7.392.162.677 FC (sept milliards trois cent quatre-vingts douze millions cent soixante-deux milles six cent soixante dix-sept francs congolais), soit l’équivalent de plus de 7 millions de dollars américains liés à la commande des machines  et intrants auprès de la firme sud-africaine Africom. Est également citée dans ce dossier, la nommée Ida Kamonji, ancienne directrice générale de Bukanga-Lonzo.

Selon des informations en provenance de ladite société, elle n’aurait reçu, jusqu’à preuve du contraire, une quelconque commande d’équipements ou intrants en rapport avec la ferme agro-industrielle de Bukanga-Lonzo.

            L’autre grief à charge de Matata Ponyo concerne le paiement d’un montant de 510.883,83 dollars à une firme dénommée Desticlox pour des frais de gestion, alors que, selon le rapport de l’Inspection Générale des Finances, cette société n’est pas signalée dans le partenariat conclu entre l’Etat congolais et Africom. Par quelle magie Desticlox a-t-elle atterri dans le dossier, pour pomper plusieurs dizaines des milliers des dollars? Mystère ! Il est également signalé, à en croire les investigations du même service, que l’ancien Premier ministre sous Kabila (2012-2016) serait aussi coupable des paiements au profit de plusieurs sociétés-écrans, notamment Parcagri SA, Separagri SA et Marikin SA, signalés dans les livres de la ferme agro-industrielle de Bukanga-Lonzo mais dont les services rendus ou les commandes livrées sont sans traces.

            Il va revenir à la justice, le moment venu, de tirer au clair tous ces dossiers nébuleux.

LP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •