Affaire Botheti : Kimbuta, Kanyama et Nsingi définitivement lavés

0
283

botethi_mwewa_kaddy_kimbuta_08_01Le premier président de la cour militaire de la Gombe, le colonel Jean-Michel Kabeya, a rendu le jugement au degré d’appel, dans l’affaire  de l’assassinat du député provincial Daniel Botheti, ancien vice-président  de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, au cours de l’audience publique tenue hier mercredi 28 août 2013 au siège de cette instance, sur avenue Lubefu n°46, dans commune de la Gombe.

La remise étant contradictoire à l’égard de toutes les parties et malgré l’absence des prévenus et leurs avocats, la cour n’a trouvé aucune objection pour rendre le verdict. On rappelle que les prévenus Inoki Lesene, Kadi  Muningi, Songo Bololo, Ilunga Kabuya Mbayo, condamnés au premier degré à la peine de mort pour association de malfaiteurs, avaient interjeté appel contre cette décision, sous prétexte qu’ils n’avaient jamais participé à l’assassinat de Botheti. Ils pointaient un doigt accusateur sur Kankonde,  garde du corps  de la victime, qui aurait reconnu avoir tiré sur son chef.

Pour sa part, le gouverneur de la ville, qui avait été appelé à comparaitre en tant que renseignant a été de nouveau innocenté par la cour, a rejeté toutes les allégations et accusations portées contre lui, faute d’éléments à charge et vérifiables. Ainsi, le numéro 1 de la ville était présenté comme victime d’une cabale.

Le colonel Kanyama  et Roger Nsingi, après avoir aussi été entendus, la cour a déclaré qu’il était tout à fait normal pour le colonel de se rendre sur le lieu puisqu’il s’agissait d’une obligation et d’indiquer que les deux derniers ne devaient souffrir d’aucun soupçon quant à ce.

Evoquant le droit, la cour a également mentionné que les faits sont restés constants au premier comme au second degrés.

En conséquence, la cour a déclaré partiellement fondée l’infraction d’associations de malfaiteurs mise en charge des prévenus, les condamnent à 20 ans de servitudes pénale principale, en tenant compte des circonstances atténuantes du fait qu’ils sont encore jeunes, et à 50.000 francs congolais d’amende chacun ainsi qu’aux frais d’instance.

Et par rapport aux dommages et intérêts, la cour a relevé que cette demande ne pouvait pas être prise en compte suite au désistement de la partie civile.

Ainsi, l’instruction du dossier au niveau d’appel révèle que le juge a acquitté les prévenus  pour meurtre. Cette infraction reste néanmoins imputable au garde du corps Kankonde. Bref, elle a  condamné  les prévenus pour association de malfaiteurs à 20 ans de servitude pénale principale.

Mais, la cour s’est estimée incompétente pour juger le garde du corps Kankonde en l’absence d’acte de saisine le concernant, plus précisément la décision de renvoi car celui-ci n’avait jamais été retenu sur la liste des prévenus par le premier juge.

Melba Muzola 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*