Affaire Bemba : la CPI va se prononcer le 8 juin

1
600

Considérée par les militants et cadres du Mouvement de Libération du Congo (MLC) comme la  sentence de l’espoir, la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale (Cpi) se prononcera  le vendredi 8 juin 2018.  Ce, après 10 ans d’incarcération et de batailles judiciaires,  soit du 24 mai 2008 au 24 mai 2018.  Ce long procès à multiples rebondissements, a débuté par la chambre préliminaire en passant  par la chambre de 1ère instance jusqu’à la chambre d’appel  qui est la dernière étape.  Au sein de cette formation politique, l’on croise déjà les doigts en implorant l’intervention du Très Haut pour que la sentence soit favorable à Jean-Pierre Bemba.   Gerengbo, président interfédéral du Mlc, ville de Kinshasa, et assistant parlementaire au Sénat de Bemba, a répondu aux préoccupations du Phare sur les 10 ans de détention du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo, en scrutant  également ce dernier  jugement qui fixera son sort.  Pour lui, l’acquittement de l’autorité morale du Mlc est sans appel, car, dit-il, sa place n’est pas à la CPI au regard de l’évolution du procès ainsi que des dossiers en leur possession.

 

            Dans cette affaire, a rappelé Gerengbo, les 10 ans de son incarcération dans les geôles de la CPI ont été un moment de dures épreuves  pour ceux qui lui sont encore  restés fidèles dans son combat politique. Pour avoir suivi de très près l’évolution du dossier avec tous leurs rebondissements, la famille politique du MLC s’est rendu compte qu’il a été plus question d’éliminer un challenger de taille en mettant à mal sa carrière politique. «Voilà pourquoi nous disons que ces 10 ans sont pour nous 10 années de souffrance, parce que nous avons à cœur quelqu’un que nous aimons, quelqu’un qui est notre autorité morale qui malheureusement, nous manque», a-t-il renchéri.

            Fort de sa conviction, il n’a cessé de croire  en sa libération  afin de venir continuer son combat politique au pays. 

            Dans les couloirs de l’état-major de cette formation politique, l’on ne cesse de parler d’une sentence de l’espoir non pas pour le MLC, mais également pour la RDC, qui traverse une grave crise politique, à quelques mois de l’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues le 23 décembre prochain.

            A la question de savoir l’état d’esprit dans lequel lui et  le MLC, attendent le prononcé dudit jugement, il a déclaré : « nous  pensons que le 8 juin devrait être une journée où, au-delà de la libération.Jean-Pierre Bemba, c’est la libération de tous les militants et cadres du MLC, parce qu’avec l’absence de Bemba, nous pensons que nous nous retrouvons dans la même situation que lui. Nous sommes en train de prier Dieu, nous savons que c’est assez difficile pour que le 8 juin, soit une date qui nous satisfasse tous… ».

            Et d’ajouter «que l’affaire est arrivée à sa dernière étape, où il n’y a plus aucune autre instruction. Donc  nous espérons que tout va bien se passer.  Et si par malheur, il y a une condamnation, nous serons obligés  d’accepter le verdict, indique le président interfédéral.

            En substance, il invite les militants et  cadres du MLC à être attentifs et suivre le procès qui va se passer le vendredi 8 juin, en souhaitant un verdict qui sera à la hauteur des attentes de la population.

Jrekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

  1. Le Probleme De J P Bemba C’est Un Probleme Politique Kongolaise Donc Pendant Que Kabila Est Au Pouvoir, L’histoire De Jp Bemba Est Tjrs Flue . C’est Le Gouvernement Congolais Qui Est Responsable

Comments are closed.