Affaire Armand Tungulu : Me Nicole Mwaka a quitté les cachots de l’ANR

0
45

 Hier mercredi 06 octobre 2010, dans l’après-midi, les activistes de Droits de l’Homme de ‘Toges Noires’ et du ‘Mouvement Mondial de la Marche des Femmes’ sont descendus dans notre rédaction pour nous informer de la libération de leur membre, Me Nicole Mwaka Bondo, arrêtée depuis le 29 septembre dernier lors d’un ratissage dans la foule, opéré par les agents de la Police Nationale Congolaise (PNC) après l’incident du jet des pierres sur l’escorte présidentielle. Cette libération, ont-ils précisé constitue une victoire pour l’ensemble du mouvement de Droits de l’Homme en Rd Congo et particulièrement pour tous ceux qui se sont impliqués dans la lutte pour cette libération, y compris certains partenaires nationaux et étrangers qui les soutiennent dans cette lutte et qu’ils remercient. Les mêmes remerciements sont aussi adressés à certains membres de notre gouvernement national qui ont déjà saisi l’importance du respect de Droits de l’Homme pour notre pays.

          Pour rappel, cette avocate a entamé son feuilleton du 29 septembre au 01er octobre 2010, dans les locaux de Services spéciaux de renseignement de la PNC, plus connus sous l’appellation de la Police de l’ex-Kin/Mazière, dont les locaux sont actuellement situés derrière l’Inspection Provinciale de Kinshasa (IPK). Elle sera transférée après dans les cachots de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) d’où elle vient d’être libérée. Cette détention, jugée par les Ong de Droits de l’Homme (Ongdh) d’illégale et d’arbitraire, aura duré exactement sept jours. 

Interdiction de faire une déclaration après cet élargissement

          Selon Toges Noires, interdiction a été faite à Me Nicole Mwaka de faire une déclaration quelconque sur ses conditions de détention ou encore sur le respect des Droits de l’Homme par nos services de sécurité ou à travers le pays en général et à Kinshasa en particulier. Toutefois les activistes de Toges noires ont confirmé que Me Nicole a belk et bienb rejoint son époux et ses  enfants après cette semaine éprouvante pour une dame, même si elle est militante des Droits de l’Homme. Désiré Kazadi, directeur exécutif de l’Ong « Journaliste pour la promotion et la défense des Droits de l’Homme » (JPDH) en apprenant cette libération, s’est vivement réjoui de cette victoire remporté par les ongdh.

          Tous les co-détenus de cette avocate avaient été libérés un jour avant, soit le 05 octobre 2010, pendant qu’elle était transférée, selon le ministre de la Communication et de médias, Lambert Mende, à la DGM (Direction Générale de Migration). Le ministre a ajouté les précisions suivantes : « Mme Nicole Mwaka a été transférée à la DGM parce qu’on a pu découvrir qu’elle était étrangère, une personne de nationalité canadienne quoique congolaise d’origine. Elle exerce une fonction d’avocat normalement interdite aux étrangers en RDC. Elle milite même dans une Ong congolaise. Donc, tout cela fait que c’est la DGM qui est compétente pour gérer son cas ». Il a conclut en ajoutant que le gouvernement congolais a accepté de donner une chance à Mme Mwaka de régulariser sa situation dans les quinze jours qui viennent. 

SAKAZ

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*