A PROPOS DU MESSAGE DE « ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT »

0
183

Lubumbashi, le 27 février 2019. Les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-CIPO) de l’IRDH notent avec satisfaction le message du regroupement politique « Ensemble pour le changement » qui s’engage à entreprendre, désormais, une opposition républicaine avec des revendications d’intérêt public, notamment, l’édification d’un Etat de droit et la restauration de la démocratie, dans la paix et la sécurité.

            A l’instar de la société civile congolaise, l’IRDH note qu’Ensemble pour le Changement fait aussi remarquer que les anciens dirigeants de la République avaient conçu et mis en œuvre un plan de sabotage du processus électoral, dans le seul but de confisquer le pouvoir politique. Il résulte de cette politique que l’Assemblée Nationale ainsi que les assemblées provinciales servent de retranchement aux personnalités rejetées par le peuple.

            Eu égard à l’état des choses décrit ci-dessus, les chercheurs de l’IRDH considèrent la prise de position du regroupement politique qui a milité contre un « troisième penalty », comme une valeur ajoutée à la démocratie et l’édification d’un Etat de droit.

            De ce fait, les chercheurs de l’IRDH exhortent la nouvelle opposition républicaine à redoubler ses énergies et intelligences, afin d’affronter élégamment les autres forces politiques, sur base des valeurs et principes de la bonne gestion de la chose publique, au bénéfice de la population. A cette fin, ils lui recommandent à :

1.  Participer à la refondation de la classe politique, par le renforcement des institutions publiques capables de briser l’emprise des « Hommes Forts » à qui certains individus continuent à faire allégeance, pour des intérêts égoïstes ;

2.  Soutenir, la réforme de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), afin qu’elle fonctionne normalement, dans le but de faciliter l’expression du suffrage du peuple, conformément à la Constitution et aux lois de la République ;

3.  Soutenir, la réforme du pouvoir judiciaire, en lui octroyant des moyens logistiques adéquats à son bon fonctionnement et son indépendance, et en y extirpant des magistrats corrompus ;

4. Continuer à revendiquer la libération des prisonniers politiques, ainsi que la fin des poursuites politiquement motivées.

Cordialement,

Tshiswaka Masoka Hubert

Directeur Général, IRDH

info@irdh.co.za; Twitter:@IRDH_officiel; @tshiswaka5 ; LinkedIn et

Facebook : Tshiswaka Masoka

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •