A partir de ce mardi au Centre Interdiocésain : Rassemblement-Majorité, course contre la montre !

0
450
Des évêques membres de la CENCO lors de l’ouverture du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 08/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Des évêques membres de la CENCO lors de l’ouverture du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 08/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Des évêques membres de la CENCO lors de l’ouverture du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 08/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Suspendus le vendredi 10 décembre 2016, en raison de l’investiture de Mgr Fridolin Ambongo, Vice-président de la Cenco, comme Archevêque de Mbandaka-Bikoro, le dimanche 11 décembre 2016, les travaux du mini-dialogue entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement reprennent ce mardi 13 décembre dans la matinée, au Centre Interdiocésain. Selon l’agenda arrêté par la Cenco, les deux camps devraient se retrouver autour d’une même table pour entamer les discussions au sujet des six divergences identifiées dans les deux principaux documents de travail qu’ils avaient remis, en son temps, à la CENCO, à savoir l’Accord politique du 18 octobre 2016 et la «feuille de route » du Rassemblement.

En principe, trois jours devraient suffire pour l’harmonisation des vues entre signataires de l’Accord politique de la Cité de l’Union Africaine et non-signataires. On rappelle que les points d’achoppement concernent la compréhension du concept du respect de la Constitution
et ses implications en rapport avec la crise politique actuelle ; le processus électoral ( séquence des élections, calendrier électoral, financement des élections, indépendance de la CENI et du CSAC) ; le fonctionnement des institutions pendant la transition ; les mesures de
décrispation politique ; le mécanisme de suivi de l’Accord politique ; la forme du compromis politique à trouver.

On signale que dans le souci de travailler de manière rationnelle, quatre commissions ont été mises en place : gouvernance institutionnelle ; processus électoral ; décrispation politique ;
rédaction du document final sur la forme et le contenu du compromis politique à trouver.

Les « dialogueurs » ou « dialoguistes », au nombre de 30, en raison de 15 pour chacune des deux « composantes » en présence, ont troi jours pour se mettre d’accord autour de la durée de la transition, de sa gestion commune et de l’organisation, en priorité, des élections présidentielle et législatives nationales. Le consensus politiques attendu avec impatience par des millions de Congolaises et Congolais, sans oublier la communauté internationale, devrait intervenir avant la fin de la semaine, avec comme « ligne rouge » à ne pas franchir, la date du lundi 19 décembre 2016. C’est autant dire qu’une course contre la montre est engagée par les pensionnaires du Centre Interdiocésain pour désamorcer à temps la bombe socio-politique susceptible d’exploser à cette échéance, dans l’hypothèse, à ne pas souhaiter, de la rupture des négociations directes entre les pro-Kabila et les pro-Tshisekedi.
Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •