A l’initiative du Chef de l’Etat ; bientôt un forum sur la paix au Nord-Kivu

0
284

Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, a fait savoir lors de la réunion du Conseil National de Sécurité qu’il a présidé le mardi 19 février 2019 à la Cité de l’Union Africaine, qu’il compte organiser, incessament, un forum sur la paix au Nord-Kivu. Il souhaiterait recueillir, à cette occasion, les contributions de tous les originaires de cette partie de la République sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour y ramener une paix durable.

Le souci du Président de la République, pense-t-on, est d’écouter toutes les voix autorisées sur les causes visibles et «invisibles » de l’insécurité récurrente qui secoue cette partie de la République, l’identité réelle des membres des forces négatives internes et externes ainsi que ceux qui les commandent sur le terrain, les pistes de solution à suivre pour parvenir à sa pacification totale.

Le souci de Félix Antoine Tshisekedi est de cerner tous les contours du problème, avant de concrétiser sa promesse de campagne électorale, à savoir installer l’état-major général de l’armée à Beni. Pour donner le maximum de chances de réussite aux opérations militaires futures, un large dialogue entre les décideurs politiques et les forces vives du Nord-Kivu s’impose.

C’est le sens de l’appel du Président de la République aux fils et filles de cette province, aussi bien ceux résidant dans les territoires et villes victimes de l’insécurité que ceux établis à Kinshasa et à l’étranger. Il est à espérer que les langues vont se délier, sans rancune ni peur, afin que la Nation sache de quoi il retourne réellement dans ce dossier nébuleux des forces négatives congolaises et étrangères, que n’arrivent pas à éradiquer définitivement, depuis près d’une décennie, les forces coalisées des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et de la Monusco (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo).

Le nouveau Chef de l’Etat rêve d’une thérapie de choc pour chasser le spectre de l’insécurité du Nord-Kivu et replacer cette province dans la voie du développement. Cela est possible, si la volonté de mettre un terme définitif à son instabilité est largement partagée entre ses fils et filles.

                                                                                                                                                                                                                                          Kimp

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL NATIONAL DE SECURITE

Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, vient de présider ce mardi 19 février 2019, de 17 heures à 21 heures. la première réunion du Conseil National de Sécurité. Une structure qui regroupe la communauté des renseignements militaires et civils et comprend en outre le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, les Généraux chefs des corps de l’Armée et de la Police nationale en ce compris le Chef d’Etat-major des renseignements militaires et de la Police Nationale. Madame la Ministre des Droits humains et le Gouverneur de la Ville de Kinshasa y ont siégé en qualité d’Invités.  Ceci dit, sept points étaient inscrits à l’ordre du jour à savoir :

1. La persistance des tueries à Beni, Butembo et de la criminalité à Kinshasa, à Goma, dans le Haut-Katanga et dans d’autres parties du territoire national marquée par les cas de meurtre;

2. Le retour des déplacés de Yumbi et des mesures de sécurité et d’accueil ;

3. La problématique de la circulation des véhicules sans plaques ou avec plaques recouvertes dans les artères de Kinshasa ;

4. La problématique des cortèges en RDC et les mesures à prendre par les FARDC ;

5. Le phénomène des enfants de rues à Kinshasa et ceux qui passent la nuit sur les séparateurs du Boulevard et les mesures d’encadrement

6. La persistance du phénomène Kuluna à Kinshasa et dans les autres coins de la ville ;

7. Le dédoublement de la police judiciaire.Après avoir suivi le rapport du Chef d’Etat-Major Adjoint chargé des forces terrestres faisant l’intérim du Chef d’Etat-Major en déplacement et celui du Chef des Renseignements militaires. Après échanges, des mesures appropriées ont été prises pour éradiquer les forces terroristes et les groupes armés. Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, comptant sur la collaboration de la communauté Nande, plus spécialement les notables à Kinshasa et dans le grand-Nord, vient de lancer une invitation à la communauté Kihanda, députés, sénateurs et notables pour une réunion avant la fin de la semaine.  Le jour et l’heure leur seront communiqués par la voie du protocole d’Etat.

Dans le même contexte, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, présidera personnellement une grande rencontre dans le grand nord, conformément à sa promesse de campagne, pour trouver les voies et moyens de mettre fin à cette tragédie. Il est donc demandé à tous les leaders, les notables, les chefs coutumiers, les confessions religieuses du grand-nord vivant au pays comme à l’étranger, et d’autres qui ont une influence dans cette partie du pays d’apporter leur soutien patriotique à la résolution de ce drame.

S’agissant des déplacés de Yumbi, après avoir fait les contours de la question, il se dégage qu’il y a des actions à entreprendre dans le Congo voisin et à l’intérieur du pays en l’occurrence à Yumbi. Une tripartite RDC-République du Congo et Haut-Commissariat pour les Réfugiés est envisagée en vue de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le retour de nos compatriotes dans de bonnes conditions à Yumbi. Et c’est ici l’occasion de remercier le pays frère du Congo qui a accepté d’héberger et de venir en aide à nos compatriotes estimés à 16.000 personnes dans un village qui en compte 2000.

Le Conseil National de Sécurité a enfin décidé de privilégier, dans un premier temps, la préparation à Yumbi de retour des déplacés. Cette préparation va se faire de la manière suivante : une mission conjointe sera diligentée à Yumbi à l’issue de la réunion que Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, va présider demain pour donner des orientations strictes au Vice-Premier Ministre Ministre de l’Intérieur et Sécurité, au Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération régionale, représenté par le Vice-Ministre des Congolais de l’étranger, au Ministre d’Etat de la Justice et Garde des sceaux, au Ministre de la santé, au Ministre des Affaires Humanitaires ainsi qu’a l’Auditeur Général des FARDC.

                  En ce qui concerne la persistance de la criminalité à Kinshasa, il a été constaté, de manière générale, que la plupart des cas relevés que les auteurs de ces crimes sont malheureusement des hommes en uniforme de l’Armée comme de la Police nationale, déserteurs; blessés de guerre guéris, les nouvelles unités, tous non pris en charge sur les plans salarial et social.

                  Des instructions claires ont été données à l’Etat-Major Général, plus précisément au Chef d’Etat-Major chargé de l’administration ainsi qu’au Commissaire Général de la Police nationale pour trouver des solutions d’encadrement et de prise en charge de ces éléments dans le meilleur délai.

                  S’agissant du point relatif à la circulation des véhicules sans plaques d’immatriculation ou à plaques bâchées. Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, a donné des instructions claires aux responsables de l’Armée et de la Police nationales d’appliquer sans complaisance, les mesures adoptées dans le passé.

                  S’agissant du phénomène des enfants de rue et du phénomène Kuluna, après l’exposé du Gouverneur de la Ville de Kinshasa et débats, il a été décidé, au lieu de recourir à la force avec le risque de blesser ou de tuer nos propres enfants, de :

1. Procéder à l’identification volontaire des Kulunas et des enfants de la rue

2. Procéder à leur cantonnement

3. Les orienter selon leurs aptitudes vers l’Institut National de Préparation Professionnelle, INPP en sigle, ou le Service national pour apprendre un métier. Pendant leur formation, ils seront pris en charge par le Gouvernement. Et après leur formation, ils seront orientés dans les différentes brigades de construction agricoles, routières, de cantonnage manuel, de pêche, d’élevage, de la conservation de la nature, etc.

                  Commencée à 17 heures, la réunion a pris fin à 21 heures.

Fait à Kinshasa,

le 19 février 2019.

La Presse présidentielle

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •