800 millions USD de la Banque mondiale :le ministère de l’EPST s’explique

0
258

Les 800 millions de dollars américains donnés par la Banque mondiale à la République Démocratique du Congo (RDC) pour appuyer le secteur éducatif et booster la gratuité de l’enseignement fondamental à travers tout le pays a abouti, pour son exécution, à la mise sur pieds d’une structure appelé «PERSE» (Projet d’urgence d’Equité et de Renforcement du Système Educatif).

            Au niveau du ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le suivi et la coordination de ce projet est confiée au SPACE (Secrétariat Permanent d’Appui et de Coordination du Secteur de l’Education). Mais cela a également provoqué plusieurs interprétations dans l’opinion publique. Si d’aucuns parlent d’un appui budgétaire, comme le font les experts, d’autres, par contre, craignent que cette somme ne  disparaisse dans les méandres de l’administration de finances et qu’au finish, elle ne puisse pas profiter réellement aux élèves, aux enseignants ou simplement au secteur de l’enseignement fondamental auquel il est destiné en priorité.

            Cette incompréhension entre les décideurs politiques d’un côté et de l’autre les syndicats des enseignants et associations du secteur éducatif a conduit le SPACE à organiser, le vendredi 11 septembre 2020, au Centre CREK, à la Gombe, une réunion d’appropriation du projet avec les médias et la société civile. Cette rencontre avait pour objectif de dissiper toute méprise dans l’appropriation de ce projet par les enseignants eux-mêmes. Prenant la parole pour présenter les objectifs du PERSE, le professeur Valère Munsya, coordonnateur du SPACE, a tenu à écarter toute possibilité de dissipation de ce fonds qui sera accordé à la RDC sous des conditions strictes et dont l’utilisation sera étroitement suivie non seulement par le gouvernement de la RDC, mais aussi et surtout par la Banque Mondiale elle-même. 

Réduire le fardeau des frais scolaires sur les foyers et améliorer l’accès à l’Enseignement primaire

            Le professeur Valère Munsya a présenté d’abord ce qu’il a nommé comme étant ‘’l’Objectif de Développement du Projet (ODP)’’ qui comporte trois volets : réduction du fardeau des frais scolaires sur les foyers ; amélioration de l’accès à l’enseignement primaire et, enfin, renforcement des systèmes fondamentaux d’éducation (tels que l’accès, la gestion et la qualité). Pour vérifier l’atteinte de l’ODP, aussi bien le gouvernement de la RDC que la Banque Mondiale devront se fier à quatre indicateurs précis que sont la réduction des dépenses par élève sur les frais scolaires du primaire, dans les foyers pauvres (%) ; l’augmentation du taux brut de fréquentation des élèves, par genre (%) ; le pourcentage d’enseignants du primaire public nouvellement recrutés sur la base d’un recrutement fondé sur le mérite (IR). Des données fiables et disponibles en temps opportun sur le système d’éducation sont communiquées publiquement au niveau national.

            Le suivi de ces indicateurs facilitera la bonne exécution de ce projet dont le montant total du financement est de 800 millions de dollars USD. Ce montant est éclaté, selon l’orateur, en deux parties. D’abord, il y a un crédit de 444 millions USD et ensuite un don de 356 millions. Pour le financement, il y a aussi des volets. L’appui budgétaire direct prendra 700 millions USD, pendant trois ans ; tandis que le projet d’investissement bénéficiera de 100 millions USD et prendra quatre ans.

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •