3me vague de la Covid-19 : la RDC sous la menace du variant indien

0
295
Healthcare cure concept with a hand in blue medical gloves holding Coronavirus, Covid 19 virus, vaccine vial

La découverte, le week-end dernier, de 25 personnes porteuses de coronavirus parmi 146 Indiens et Congolais résidant à l’immeuble « Green View », dans le périmètre du ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, dans la commune de la Gombe, est de nature à inquiéter plus d’un Congolais. La raison de cette inquiétude réside non seulement dans le fait que les incriminées sont atteintes du « variant indien », classé dans la très meurtrière troisième vague de cette pandémie, mais aussi dans la facilité apparente, avec laquelle les Indiens ont réussi à entrer à Kinshasa, la capitale.

            A ce sujet, plusieurs questions se bousculent dans la mémoire collective. Que se passe-t-il aux frontières de la République Démocratique du Congo, dès lors que depuis la première vague de la Covid-19, signalée en mars 2020, le gouvernement avait instruit tous les services opérant aux portes d’entrée, de veiller scrupuleusement à la surveillance des voyageurs et de les soumettre aux tests requis pour s’assurer qu’ils sont sains ? Les mesures sanitaires arrêtées pour prévenir les cas de coronavirus auraient-elles changé ? A quel niveau se situerait la faille ? Existeraient-ils, comme c’est le cas pour les marchandises, des réseaux maffieux pour faire entrer frauduleusement des voyageurs sans le moindre contrôle sanitaire ? Ou encore, les 45 dollars exigés aux passagers pour les tests anti-coronavirus constitueraient-ils un sauf-conduit pour pénétrer sur le territoire national sans test anti-Covid-19 ?

            Il y a de quoi troubler les esprits en notant que le « variant indien » du coronavirus est entré au pays par son principal aéroport, à savoir celui de N’Djili. S’il est établi que ce poste frontalier est une passoire ou presque face à « l’ennemi » mortel que le coronavirus, que dire des aéroports des provinces, des ports et autres postes routiers moins équipés en hommes comme en matériels que l’aéroport international de N’Djili ?

            Le pays est sérieusement en danger si l’on pense qu’il y a quelques jours, un véhicule à bord duquel se trouvaient des sujets indiens a été bloqué net à la frontière entre la RDC et la Zambie, dans la province de l’ex-Katanga, grâce à la vigilance de la police zambienne. Un sérieux rappel à l’ordre exige d’être adressé aux responsables et agents des services opérant aux différentes frontières de la République d’abord et aux équipes sanitaires anti-Covid ensuite.

            L’on ne peut pas vivre des situations telles que celles signalées à l’immeuble « Green View », à Kinshasa, si les « sentinelles » des frontières du pays prennent conscience des conséquences politiques, économiques et sociales de la pandémie de coronavirus. Depuis plus d’une année en effet, les autorités nationales ont engagé un combat de vie ou de mort contre la Covid-19. Il n’est pas normal qu’au moment où la courbe des cas de contamination est descendante, on enregistre des couacs comme celui de Gombe, l’unique commune du pays à avoir fait les frais du « confinement » en 2020, mais dont les dégâts économiques et sociaux avaient touché l’ensemble du pays, en raison de son statut de centre des affaires de la capitale et de siège des institutions centrales de la République ainsi que des chancelleries étrangères.

            Il est à espérer que l’affaire des 25 personnes suspectées d’appartenir à la sinistre troisième vague va sortir tout le monde de la distraction, au profit de la relance de la vigilance et de la méfiance face aux individus en provenance de l’étranger, susceptibles d’être porteurs du coronavirus. Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •