24 avril : tout est OK !

0
39

Manifestations politiques : sécurité garantie, assure le Premier ministre Muzito
La date historique du 24 avril, marquant cette année le 21me anniversaire de la démocratisation et du retour au multipartisme dans notre pays, est prise très au sérieux par les instances dirigeantes. C’est dans ce cadre que le Premier ministre, Adolphe Muzito, a présidé hier mercredi 20 avril, dans son cabinet de travail, tous les chefs de corps en charge de la sécurité et de l’ordre public. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Claude Nyamugabo, était associé à la rencontre.

Selon des sources proches de la Primature, le chef du gouvernement et ses hôtes ont débattu des dispositions sécuritaires à prendre pour garantir la sécurité de toutes les manifestations politiques et culturelles annoncées à cette occasion, sur toute l’étendue de la République. 

 « Toutes les activités prévues en marge de la journée du 24 avril seront sécurisées, afin de permettre à chacun de jouir de ses droits démocratiques », a déclaré à la presse l’Inspecteur Général a.i. de la Police Nationale Congolaise, l’Inspecteur Divisionnaire adjoint, Charles Bisengimana.

En réponse à une question en rapport avec les meeting des partis ou regroupements politiques programmés dans des installations sportives, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Claude Nyamugabo a précisé que « les différentes activités prévues le 24 avril 2011 se dérouleront dans les installations sportives en toute sécurité comme prévue, pour permettre à chaque citoyen de jouir de ses droits ».
On a laissé entendre que d’autres rencontres du même genre sont envisag»es pour maintenir un climat apaisé et de dialogue entre citoyens de la République Démocratique du Congo.

Stade Tata Raphaël : plus de peur que de mal

L’implication personnelle du Premier ministre dans le dossier du 24 avril 2011, une date considérée jusqu’alors comme celle de tous les dangers pour la démocratie congolaise, a eu le mérite de lever les équivoques. Le cas le plus controversé était celui du Stade Tata Raphaël, à Kinshasa, où Etienne Tshisekedi avait annoncé, depuis le 16 février 2011, le meeting de son parti, l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social).
On ne sait trop pour quelle raison, un haut fonctionnaire du ministère de la Jeunesse et des Sports, avait trouvé le moyen de sortir, avec trois mois de retard, une prétendue circulaire datée du mois de novembre 2010 et contenant la décision portant suspension de toutes les activités dans ce temple du football, pour cause des travaux. Il s’est avéré, par la suite, que non seulement aucun chantier n’était ouvert au Stade Tata Raphaël, mais en plus, le Daring Club Motema Pembe y organisait régulièrement des séances d’entraînement payantes pour les spectateurs. Pour sa part, l’Entente Provinciale de Football de Kinshasa y faisait jouer ses matches de championnat. Comme pour confirmer que ce stade n’était pas fermé, l’équipe nationale de football, les Léopards, y avait tenu sa dernière séance d’entraînement avant de rencontrer l’Ile Maurice à Kinshasa.

Avec les précisions livrées par l’Inspecteur Général de la Police Nationale Congolaise et le ministre de la Jeunesse et des Sports, plus rien ne s’oppose à l’organisation, par l’UDPS, de son meeting ce dimanche 24 avril au Stade Tata Raphaël. La tension politique que l’on redoutait tant à Kinshasa était tombée, d’autant que le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, a renoncé à son meeting de dimanche à la Place Sainte Thérèse, dans la commune de N’Djili.

Tout ce qu’il y a lieu de souhaiter est que les éléments de la Police Nationale Congolais et les limiers d’autres services de sécurité s’acquittent, avec responsabilité et neutralité, de leur mission d’encadrement des manifestations politiques de ce dimanche. Il est à espérer aussi que les responsables des partis politiques vont livrer à leurs « bases » des messages de qualité au plan du contenu, dans le respect de leurs adversaires politiques, afin que le 21me anniversaire de la démocratisation de la RDC, placée sous le boisseau depuis 20 ans, pour des raisons non élucidées, soit celui de la libéralisation effective et intégrale de l’espace politique en territoire congolais.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*