Dialogue : le « Front des Démocrates » choisit le camp du refus

0
162

front de democrateUne nouvelle plate-forme vient de voir le jour au sein de la Dynamique de l’Opposition politique en République Démocratique du Congo. Quelques personnalités et leaders des partis politiques de l’opposition, membres de la Dynamique et d’autres forces politiques  ont résolu de créer, depuis le 23 décembre 2015, conformément à la Constitution et aux lois du pays, un regroupement politique dénommé « Front des Démocrates ».

Cette nouvelle plateforme regroupe 7 partis et personnalités politiques de l’opposition, notamment le CEDER de Jean-Lucien Bussa, MDCO de Gabriel Mokia, CRP du député Tingombayi, le PUNA, etc.

Parmi les personnalités politiques indépendantes, on cite Albert Moleka, directeur de cabinet honoraire du président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi.

Lancé officiellement hier lundi 4 janvier 2016, date marquant le 57ème anniversaire des martyrs de l’indépendance de la RDC, au Centre Interdiocésain, dans la commune de la Gombe, le « Front de Démocrates » fait partie de la Dynamique de l’opposition et soutient les objectifs du « Front Citoyen 2016 ».

Son credo est la défense du régime démocratique en RDC dans le cadre de la Dynamique de l’opposition face aux menaces qui pèsent sur le régime constitutionnel.

            Dans son allocution, le coordonateur et porte-parole du « Front des Démocrates »,  Jean- Lucien Bussa, a réaffirmé l’opposition de sa plate-forme politique au dialogue, car convaincu que ce forum serait l’occasion de conspirer pour renverser le régime constitutionnel.

            Le coordonateur du « Front des Démocrates » a fait remarquer que les questions évoquées  pour justifier ce dialogue, à savoir la fiabilisation du fichier électoral, l’enrôlement, le financement des élections, le mode de scrutin, la sécurisation du processus électoral, devraient trouver leurs réponses dans le cadre des institutions et non en dehors de celles-ci.

« Ni le dialogue politique, ni les menaces de tous genres, ni l’utilisation de l’argent public à des fins de propagande et l’achat des consciences ne peuvent remplacer la constitution que chacun est tenu de préserver et de respecter, en particulier le Président de la République, qui est le garant de la constitution », a martelé Jean-Lucien Bussa,  avant d’exiger la libération des institutions (Parlement, Gouvernement, Cour et Tribunaux, CENI, Assemblées provinciales).

Pour cet acteur de l’opposition, la CENI doit être libérée pour organiser au plus vite l’enrôlement ainsi que les élections dont les candidatures ont été réceptionnées en juin 2015, et préparer la présidentielle, l’élection pour laquelle le calendrier est constitutionnel.

L’élu de Budjala a appelé le peuple à s’armer de la Constitution pour faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui tenterait de prendre le pouvoir ou de l’exercer en violation des dispositions constitutionnelles intangibles.

Enfin, le « Front des Démocrates » s’engage, avec la « Dynamique de l’opposition » et le « Front Citoyen 2016 », à développer des synergies avec les autres forces qui exigent le recours systématique à la Constitution pour puiser des réponses institutionnelles adéquates et urgentes aux problèmes que soulève la régularité d’un processus électoral crédible et la défense du régime constitutionnel, afin de garantir l’alternance politique inéluctable en novembre 2016.

ERIC WEMBA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •