Processus électoral 2015-2016 en RD Congo et entraves intrinsèques : Analyse contextuelle, monitoring et options

0
156

AETALes événements politiques qui se succèdent et s’amplifient au cours des derniers mois de cette année 2015 n’augurent rien qui puisse envisager la tenue des élections légales et, au-delà,  annoncer une transition pacifique de la gouvernance dans notre pays. Chaque jour qui passe est annonciateur d’un chaos aux conséquences insoupçonnables pour tous, dirigeants et dirigés. En effet, le processus électoral congolais frise à chaque minute la dérive et le pays au bout du fusil. Les faits majeurs qui caractérisent le blocage de la machine électorale sont, notamment :

  • L’arrêt visible de l’exécution des opérations prévues par le calendrier électoral global, déjà les scrutins provinciaux et locaux prévus pour le 25 octobre 2015, suspendus à la publication des listes provisoires des candidats provinciaux est renvoyé sine die (alors que Les candidats députés provinciaux ont payé la caution  exigée et attendent). Ceci suppose que le processus électoral navigue sans calendrier adapté ;
  • La suspension non motivée par le gouvernement de l’exécution du plan de décaissement de fonds dus à l’organisation des élections : le financement du processus électoral est sujet d’un flou artistique qui implique autant le Gouvernement et la CENI ;
  • Les nombreuses démissions qui se sont succédé au sein du Bureau de la CENI ;
  • Les diverses contestations développées de tout sens par les acteurs et qui affectent la confiance présage l’incertitude citoyenne à l’organisation des élections, etc.

Ce déraillement qui plombe le processus électoral s’explique par l’enjeu principal de la transition politique démocratique après décembre 2016, à savoir, l’alternance pacifique de la gouvernance. Il est à souligner que l’enjeu économique de l’exploitation des ressources naturelles de la RD Congo reste fondamental au travers de cette volonté manifeste de pérenniser un système politique donné.  Plusieurs stratagèmes, toujours renouvelés, sont construits pour retarder, sinon faire obstacle à la tenue des élections   et occasionner, de ce fait, le dépassement du délai constitutionnel en vue du maintien de l’actuel pouvoir grâce à une interprétation pernicieuse de certaines dispositions de la constitution (article 71 de la Constitution de la République). Parmi ces astuces, l’on pourrait évoquer :

  • L’audacieuse tentative de révision de la Constitution afin de permettre un troisième mandat officiel à l’actuel Président ;

La maladroite tentative de révision de la loi électorale introduisant le recensement de la population comme préalable à l’organisation des élections,…..Télécharger le document d’analyse complet  ici

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •