100 jours : le chantier de l’éducation se porte bien

0
182

A l’Institut Mokengeli, dans la commune de Lemba, tout le monde était à son poste hier dimanche, un jour particulier pourtant  parce que consacré à la résurrection du Christ. Ingénieurs, ouvriers et journaliers étaient tous sur le pont, occupés à accomplir les tâches de rénovation de l’école, dans le cadre du programme des cent jours du président Félix-Antoine Tshisekedi.

Les travaux de l’Institut Mokengeli ont ceci de particulier qu’ils se déroulent en pleine année scolaire. Ils sont menés de manière à ne pas perturber le programme des cours, qui continuent d’être normalement dispensés, grâce à un système de tentes montées dans la cour même de l’école pour servir d’abris provisoires aux élèves.

            Approché par Le Phare pour expliquer le déroulement des travaux, l’ingénieur Ruben Landu, qui en assure la coordination, a déclaré que la rénovation suit son bonhomme de chemin. « Certes, les façades ne vont pas changer mais des modifications importantes sont en train d’être apportées, notamment la surélevation du niveau des toits et l’utilisation des faux plafonds en vue de diminuer la chaleur au niveau des salles de classe.  Nous allons également ouvrir des grandes baies pour favoriser une ventilation naturelle ainsi qu’une forte luminosité naturelle aussi dans les différentes salles de classe ».

Les explications fournies par l’ingénieur donnent tout son sens à la décision présidentielle de voir nos écoles rénovées. On se rend en effet compte que nos enfants étudient dans des chaudières et il était temps de songer à l’amélioration de leurs conditions d’études.  La question qui reste est celle de savoir si les dimensions des salles vont bouger aussi, de manière à permettre aux enfants de disposer de plus d’espace. A ce stade, la réponse est non. La structure ayant été conservée, la dimension des salles demeurera la même. On peut donc dire que la solution au problème posé doit émaner de la direction de chaque école, qui doit affecter aux  différentes classes un nombre d’élèves compatible avec l’espace disponible. Il est donc temps de mettre fin à la politique de surpopulation des salles qui pollue notre système d’enseignement. Celle-ci n’apporte que des déboires, dans la mesure où les enseignants ne peuvent pas encadrer correctement un nombre important d’élèves.

            Pour revenir aux travaux de rénovation, l’Igr Ruben Landu précise que comme ils montent en hauteur pour des raisons sus-évoquées, ils se trouvent naturellement en devoir de monter le béton de sous pavement pour assurer les nécessaires équilibres.

            L’Institut Mokengeli, pour ceux qui l’ignorent, comprend des humanités complètes ainsi qu’une école primaire. Le sort de cette dernière sera différent de celui de l’école secondaire à cause des risques majeurs auxquels les enfants étaient jusqu’ici exposés. Une partie des murs de cette école faisait en effet partie intégrante du mur de clôture de l’école, de sorte que toute sortie de route d’une voiture ou d’un gros camion pouvait déboucher sur un immense drame, si le véhicule terminait sa course dans le mur de l’école. Pour des raisons de sécurité, l’école primaire a été entièrement rasée et un bâtiment tout neuf que les enfants retrouveront dans trois mois est en pleine construction. La nouvelle école sera distante de trois mètres du nouveau mur de clôture.

            Prié de rassurer l’opinion sur le respect du délai de 3 mois leur imparti, l’ingénieur Ruben Landu s’est montré confiant : «C’est pour cette raison que nous avons un chantier dans lequel il y a des sous-chantiers. De manière concrète, le projet a été sectionné pour permettre à plusieurs ingénieurs de suivre les travaux d’assez près. Dans chaque bâtiment, nous avons placé un ingénieur qui exécute les travaux selon les prescriptions techniques  définies dans le cahier des charges. Ils travaillent tous sous la responsabilité de la coordination que je dirige.Nous avons l’avantage de compter sur une main d’oeuvre strictement locale, c’est-à-dire constituée des habitants du Mont-Amba, ce qui nous évite des arrivées tardives toujours préjudiciables à la bonne organisation du travail».

            L’Institut Mokengeli newlook sera une école tournée vers la modernité. Ruben Landu a en effet révélé qu’il sera également doté d’un bâtiment devant abriter une bibliothèque, un atelier de couture et une salle informatique.

                                       LP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •