Ticad au Japon : 1ère participation d’un Président de la RDC

0
156

Selon les archives de la Ticad (Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique de Tokyo), c’est la première fois que la République Démocratique du Congo y est représentée par son Chef de l’Etat. Ce forum, qui en est à sa septième édition, se tiendra du 28 au 30 août 2019 à Yokohama, au sud de Tokyo, la capitale japonaise. A en croire l’histoire, Yokohama est le premier port japonais à s’ouvrir au commerce extérieur, en 1859. Environ 500 participants y sont attendus, dont des Chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants des organisations internationales, ainsi que de nombreux opérateurs économiques, tant japonais qu’africains, des secteurs tant public que privé.

En acceptant l’invitation des organisateurs, Félix Antoine Tshisekedi fait automatiquement figure de pionnier. On signale que l’illustre hôte du gouvernement japonais, parti de Kinshasa le lundi 26 août 2019 dans la matinée, au terme d’une longue veillée liée aux derniers réglages de la première équipe ministérielle de son quinquennat, est arrivé à Tokyo hier mardi 27 août. La longue délégation qu’il conduit est constituée d’hommes et femmes d’affaires congolais, et au sein de laquelle on a reconnu les Directeurs généraux de la SNEL (Société Nationale d’Electricité), de l’ANAPI (Agence Nationale pour la Promotion des Investissements) et de l’INPP (Institut National de Préparation Professionnelle). On retient que cette dernière entreprise, en partenariat avec la coopération japonaise voici plusieurs décennies, vient de bénéficier d’un nouvel appui financier de l’ordre de 30 millions de dollars américains.

            On signale, à l’agenda du Président de la République Démocratique du Congo, des rencontres avec le Premier ministre japonais et plusieurs de ses ministres et des chefs d’entreprises japonaises de secteurs divers. Le gouvernement congolais attend de la Ticad des appuis dans le domaine du renforcement des capacités de ses citoyens dans divers secteurs d’activités, des dons non remboursables par le biais des entreprises japonaises (Toyota, Mitsubishi) dans la fourchette des 50 millions de dollars américains à disponibiliser par le Japon par projet et par pays, la rééligibilité de la RDC aux prêts concessions, financements à hauteur illimitée et au taux d’intérêt inférieur à 0,1 %, etc., après son exclusion pendant plusieurs années.

            Comme premiers résultats du réchauffement de la coopération congolo-japonaise, depuis l’avènement au pouvoir de Félix Antoine Tshisekedi en janvier 2019, on signale la promesse ferme du gouvernement japonais de financer la réhabilitation et la modernisation du port de Matadi, de la Clinique Kinoise ainsi que de la turbine du Groupe 24 de la centrale Inga 2, en vue de la stabilisation de la desserte en énergie électrique dans la ville de Kinshasa ainsi que dans la province du Katanga.

            Il convient de retenir que la Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique de Tokyo ou Ticad vise à promouvoir des partenariats solides entre les Etats africains et le Japon, avec pour finalité de favoriser un plus grand volume d’échanges dans les domaines les plus divers.                                                                                      Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •