Ministères stratégiques : la dernière mouture

0
838

Six mois après l’investiture de Félix Tshisekedi comme 5me Président de la République de la RDC, des sources dignes de foi laissent entendre qu’un accord a été trouvé entre FCC (Front Commun pour le Congo) et CACH (Cap pour le Changement) pour la formation du gouvernement.

A en croire François Mwamba, haut cadre de CACH et proche du chef de l’Etat, l’équipe du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba pourrait être dévoilée au début de cette semaine. L’ancien ministre du Budget sous le schéma 1+4 a, dans un compte tweeter qui a fait le tour des réseaux sociaux, annoncé une conférence de presse de la coalition FCC/CACH pour ce lundi 29 juillet 2019.

On croit savoir que la rencontre du lundi 22 juillet entre le président Félix Tshisekedi et l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, a sans nul doute été l’élément déclencheur de la paix des braves entre les deux principales forces politiques du moment en République Démocratique du Congo.

Selon des sources concordantes, les deux regroupements qui forment la majorité actuelle au pouvoir ont trouvé un compromis sur le partage des ministères du futur gouvernement. On parle d’un format de 65 membres, dont 42 portefeuilles pour le FCC  contre 23 pour CACH.

Un haut cadre de CACH, s’exprimant sous le sceau de l’anonymat a confié à un limier du journal Le Phare que les ministères des Affaires Etrangères, de l’Intérieur, du Budget et de l’Economie devraient revenir au CACH tandis que ceux de la Défense, de la Justice, des Finances et de la Défense seraient contrôlés par le FCC.

          Les deux parties se sont convenues de se partager les portefeuilles ministériels de manière consensuelle, au terme de plusieurs rounds de concertation. Le dialogue permanent a été retenu comme le mode par excellence de règlement de divergences entes les deux familles politiques, afin d’éviter des couacs du genre de celui survenu après les nominations, par le Président de la République, des mandataires à la GECAMINES et à la SNCC.

          On rappelle à ce sujet que la ministre sortante du Portefeuille, Wivine Mumba, continue de bloquer lesdites ordonnances présidentielles, en dépit de leur publication Journal officiel depuis plus d’une semaine.

          A en croire certains juristes, les mandataires nommés  devraient logiquement prendre possession de leurs fonctions, sans attendre des arrêtés d’exécution de la précitée.

Rappelons que lors de sa dernière conférence de presse à Bunia, le Chef de l’Etat avait martelé que ces ordonnances seraient appliquées, malgré leur blocage par la précitée.Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •