Masina : deux brigands mis hors d’état de nuire

0
124

Plusieurs attaques à main armée se sont commises depuis le début de cette année dans la commune de Masina. Les plaintes fusaient de la plupart de quartiers de cette commune. Bien que le Commissariat urbain de Tshangu,  le commissariat de la police de Masina, ainsi que les sous-commissariats de Masina I, II, III et IV aient déployé leurs hommes sur le terrain, les auteurs de ces actes de grand banditisme étaient introuvables dans leur zone opérationnelle. Aucune trace de ces malfaiteurs. Par crainte de poursuites judiciaires, les délinquants s’étaient en effet, réfugiés dans d’autres communes. C’est ainsi qu’en dépit de ce grand déploiement des policiers à Masina, la traque policière dans cette partie de Kinshasa, s’est avérée vaine pendant des mois jusqu’au jour où dame chance a souri à la Police nationale congolaise. C’était la semaine dernière.

            D’un informateur occasionnel, les limiers du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants avaient été prévenus d’un hold up que des bandits s’apprêtaient à perpétrer dans un établissement de crédit. Le jour indiqué, cette unité de la police provinciale avait dépêché sur le terrain ses hommes. Comme signalé, à l’heure H, les brigands sont arrivés sur le lieu à bord d’une voiture. Très sûrs d’eux, ils se sont répartis les tâches entre les membres de l’équipe. Des guetteurs étaient postés dehors pour couvrir l’opération, tandis que les autres attendaient le go du chef de la bande pour passer à l’action.

Soudain, une fusillade de policiers a surpris les membres du commando et semé la panique généralisée dans le secteur. Pendant que les brigands tentaient de s’expliquer les mobiles de ces coups de feu insolites, ils s’étaient réfugiés séparément, chacun dans son coin. Au loin, les enquêteurs se sont rapprochés du théâtre des opérations. Tâche facile, ils ont neutralisé deux brigands de la pire espèce qui à leurs yeux, étaient de multi-récidivistes patentés, fichés par le Commissariat provincial de la police dans plusieurs dossiers de vol à main armée.

            Lors de ce brillant coup de filet, sans effusion de sang, les agents de la banque Procredit banque devenue aujourd’hui Equity Bank DRC, n’en revenaient pas. Les deux brigands, Michel Ebunde Ekunda-Kunda, domicilié sur avenue Pemba n° 17, quartier Molondo, dans la commune de Masina, s’est affiché comme étant le chef de bande. A également été menotté sur le champ, son comparse en la personne du sergent Olivier Egbolo Mosengo, déserteur de FARDC de son état. Il habite au quartier Matonge, sur avenue Buburu n°2, dans la commune de Kalamu. Ce malfaiteur est un des éclaireurs de la bande qui pénètrent dans des maisons ou dans des entreprises pour opérer des attaques, tirer des coups de feu en l’air pour semer la panique, dépouiller les victimes de leurs biens avant de disparaître avec les butins.

            Depuis qu’ils sont aux arrêts et incarcérés aux cachots du Commissariat provincial de la police, ils subissent une série d’interrogatoire. Les limiers du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants sont confiants qu’avec leurs méthodes, d’ici la fin de cette semaine, ils parviendront à arracher des aveux de ces brigands et à reconstituer le palmarès de leurs différentes attaques à main armée dans la ville de Kinshasa.

            Les limiers tiennent aussi à récupérer toutes les armes dont se servent ces inciviques pour commettre des forfaits. Déjà, les premiers aveux ont déterminé le gabarit de ces bandits, tout en dévoilant leur grande capacité de nuisance. Pour les prochaines tâches, la police est décidée à mettre la main sur les autres membres de cette bande qui n’a pas révélé tous ses secrets.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •