Incorporation du Go-pass dans le prix du billet de l’avion

0
126

Selon une correspondance du Vice-ministre intérimaire en charge des Transports et Voies de communication,  Azarias Ruberwa, adressée à la présidente du Board of Airlines Représentatives (BAR), la redevance «Go-pass» sera désormais incorporée dans le prix du billet d’avion en République Démocratique du Congo, à dater du 5 juillet 2019.

            Pour le député national Claudel Lubaya, une décision aussi lourde et grave de conséquences sur le pouvoir d’achat et les coûts des billets d’avion ne peut être prise par un ministre démissionnaire. Cette décision devait être prise en conseil des ministres, après concertation avec tous les intervenants dans le secteur du transport aérien, y compris les associations de défense des consommateurs.

            Claudel Lubaya estime que les explications fournies par le ministre dans sa lettre précitée pour justifier sa décision ne tiennent pas la route.

            L’élu de Kananga pense que la suppression du Go pass, son maintien ou son réajustement  éventuel à la hausse comme à la baisse requièrent un audit préalable de son affectation depuis son instauration jusqu’à ce jour, ainsi, une évaluation sans complaisance de son opportunité , son équité et sa hauteur.

            «… Dix ans après avoir institué le Go pass, l’objectif affiché pour justifier son instauration notamment la maintenance et l’amélioration des infrastructures aéroportuaires au profit des voyageurs, n’a toujours pas été atteint. D’ailleurs, la nouvelle aérogare de N’djili résulte d’un emprunt contracté par l’État congolais auprès de la Banque africaine de développement. Il faut qu’il  y ait tout d’abord un audit…», a laissé entendre Claudel lubaya.

            En l’absence de la réaction du premier ministre, Claudel Lubaya dit de réserver le droit de saisir l Assemblée Nationale, en temps opportun, en vue de l’impliquer dans sa démarche.

            Notons que le tarif de GO-PASS est fixé pour les passagers comme suit: 50,00 $ US par passager embarquant sur un vol international ; 10,00 $ US par passager embarquant sur un vol national. Pour le fret embarqué en vol international le taux est fixé à 0,070 $ US/kg ; 0,005 $ US/kg pour le fret embarqué en vol international ; 0,009 $ US/kg pour le fret embarqué en vol national.

La genèse du

« GO-PASS »

            Entre 2008 à 2009, la RDC a connu plusieurs crashs d’avions causant de nombreux morts. Et le ciel congolais avait été même surnommé par certains experts de l’aviation civile de « cimetière à ciel ouvert », non seulement parce que la plupart des avions ne répondaient pas aux normes, mais aussi suite à la vétusté des infrastructures aéroportuaires de la Régie des Voies Aérienne (RVA).  En même temps, un nouveau comité de gestion était mis en place pour stabiliser cette société de l’Etat (RVA), qui était presqu’en faillite. Après un bref état des lieux, une décision était prise pour la réhabilitation des aéroports de la RDC par exemple, l’Aéroport International de la Loano construit en 1952 et celui de N’djili en 1955.

            C’est dans l’optique de trouver des financements pour la modernisation de ces infrastructures aéroportuaires et l’acquisition d’équipements et matériels adéquats que le Français Jean ASSICE, ex-Administrateur Général de la RVA créa la redevance IDEF le 19 mars 2009, dans le cadre du contrat d’assistance qui liait le gouvernement congolais au groupement KPMG-ADPI.

            Selon la Décision n°RVA/ DG/09/2009 (IDEF PASSAGER) et n°RVA/DG/010/2009 (IDEF FRET) du 19 mars 2009 « le tarif de perception de la Redevance de Développement des Infrastructures Aéroportuaires, IDEF (GO-PASS) est fixé pour les passagers comme suit: 50,00 $ US par passager embarquant sur un vol international ; 10,00 $ US par passager embarquant sur un vol national. Pour le fret débarqué en vol international le prix est fixé à 0,070 $ US/kg ; 0,005 $ US/kg pour le fret embarqué en vol national ; 0,009 $ US/kg pour le fret embarqué en vol national ».            P.D color:blac

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •