Coup dur pour Fayulu et Lamuka : Matungulu accepte l’offre de F. Tshisekedi pour la BAD

0
321

Bien que strictement confidentielle, l’information a fini par filtrer dans les médias. L’affaire tourne en effet autour de la désignation, par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, de Freddy Matungulu, Directeur retraité de la Banque Mondiale, comme représentant non seulement de notre pays mais aussi du Burundi, du Cameroun, du Congo/Brazzaville, de la République Centrafricaine et du Tchad à la BAD (Banque Africaine de Développement). On signale que l’intéressé a accepté la main tendue du président de la République, ainsi que l’atteste un communiqué de presse daté du 10 juillet 2019 et portant sa signature,  sous le label de « Congo na Biso », son parti politique. L’homme va siéger, en qualité d’Administrateur, au sein de cette institution pendant trois ans, pour y assurer la défense des intérêts de la RDC (République Démocratique du Congo) et des cinq Etats « actionnaires » dont il est devenu le mandataire.

            En d’autres temps et circonstances, le fait aurait paru répondre à l’ordre normal des choses, compte tenu de l’expertise que réunit Freddy Matungulu en tant qu’ancien haut fonctionnaire international au sein des institutions de Breton Wood et ancien ministre de l’Economie, Budget et Finances dans le premier gouvernement de Joseph Kabila (2001-2003). Mais, vu sous l’angle politique, il s’agit d’un coup dur, très dur pour Martin Fayulu et LamukA, la plate-forme qui avait soutenu sa candidature à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 et au sein de laquelle Matungudu, pour des raisons à la fois politiques et cotériques, faisait figure d’allié naturel et inséparable du candidat malheureux à ce scrutin.

            La rupture parait consommée, d’autant que dans le communiqué de presse sus évoqué, celui que l’on peut déjà considérer comme ex-membre du présidium de Lamuka se réjouit du choix porté sur sa personne par le Chef de l’Etat et lui exprime toute sa « gratitude ». Freddy Matungudu salue, par ailleurs, l’esprit « d’ouverture » de Félix Antoine Tshisekedi, ainsi que « sa volonté de privilégier l’intérêt supérieur de l’Etat et de rassembler les Congolais, au-delà des clivages et affrontements politiques si nuisibles à la Nation ».

            On note également que l’ancien signataire de l’Accord de Genève ayant donné naissance à Lumuka en novembre 2018 ne fait pas mystère de la ligne de démarcation qu’il vient de tracer en lui et les derniers « résistants » de ce regroupement politique. Matungulu indique sans fioritures que « ce nouvel engagement international me réimpose des devoirs de réserve. J’entends dès lors prendre une distance conséquente de mes activités politiques militantes, y compris dans Lamuka, pour me consacrer en priorité à l’effort collectif, attendu de moi à la BAD, pour le bien de la RDC et de l’Afrique ».

            Après le départ, plus que certain, de Freddy Matungulu, à la suite de celui d’Antipas Mbusa, la scission de Lamuka en ailes Katumbi et Fayulu, le flou qu’entretient Jean-Pierre Bemba autour de ses relations avec ce dernier, qu’il a laissé tout seul, avec Adolphe Muzito, pour faire quelque chose le 30 juin afin de faire accréditer la thèse de leur marche, sans troupes, en faveur de la vérité des urnes, l’on se demande ce qui reste encore de ce regroupement politique. Martin Fayulu est pratiquement un homme seul, qui a jeté le doute dans les esprits de ceux qui croyaient encore en son combat pour la revendication de sa fausse victoire électorale à la présidentielle, en mettant sur la place publique un plan de sortie de crise où il a reconnu Félix Tshisekedi Chef de l’Etat, avant de s’autoproclamer président du HCRI (Haut Conseil de Réformes Institutionnelles).

   Kimp

Communiqué de presse

Le 30 juin 2019, le mandat triennal d’Administrateur de la banque Africaine de Développement (BAD) pour le Burundi, le Cameroun, la République du Congo (Brazzaville), la République centrafricaine, la République Démocratique du Congo (RDC) et le Tchad est arrivé à terme. Ce mandat qui était porté par le Cameroun pendant les trois dernières années revient désormais à notre pays, la RDC, qui l’exercera au cours des trois prochaines années.

Soucieux de s’assurer de la bonne représentation de notre pays auprès de cette grande institution finacière continentale, il a plu à SEM le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de me désigner pour assumer le mandat confié à la RDC. En tant qu’Administrateur, j’aurai à défendre au Conseil d’Administration de la BAD les intérêts de la RDC et des cinq autres pays d’Afrique centrale cités ci-dessus, tous actionnaires de l’institution.

J’ai répondu favorablement à l’appel et souhaite dire ma gratitude au Président de la République qui, par cet acte d’ouverture, réaffirme sa volonté de privilégier l’intérêt supérieur de l’Etat et de rassembler les Congolais au-delà des clivages et affrontements politiques si nuisibles à la Nation.

Ce nouvel engagement international me réimpose des devoirs de réserve. J’entends dès lors prendre une distance conséquente de mes activités politiques militantes, y compris dans Lamuka, pour me consacrer en priorité à l’effort collectif attendu de moi à la BAD, pour le bien de la RDC et de l’Afrique.

Fait à Abidjan, République de Côte d’Ivoire

Le 10 juillet 2019

Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •