Vols en série dans des maisons à étages : la bande à Petit Samy frappe à Bandalungwa

0
139

KIN_VICTOIREDisparition mystérieuse de certains biens précieux gardés dans des chambres à coucher situées à l’étage, les habitants de rues Bwete, Dekani et Dimbamboma, quartier Adoula, commune de Bandalungwa, pour ne citer que celles-là, en faisaient régulièrement le constat amer, depuis le début du second semestre, sans trouver la clé de l’énigme. La sorcellerie était évoquée, des forces maléfiques étaient pointées du doigt et même certains membres de famille étaient soupçonnés et condamnés injustement.

Le phénomène a duré près d’un trimestre, au point que les plus désespérés se confiaient à la prière, pendant que les plus superstitieux ne juraient plus que par la consultation d’un féticheur, afin de jeter le mauvais sort sur les auteurs de ce phénomène.

Le samedi 19 septembre, la clé du mystère a été enfin découverte sur avenue Bwete. C’était à 3 H du matin. Dans une chambre à coucher à l’étage, une ombre humaine qui se déplaçait à pas feutrés, a brutalement réveillé les occupants. Ouvrant les yeux, Langa a aperçu un petit garçon transportant un sac qui tentait de sortir par la fenêtre. L’inconnu n’étant pas de la maison, il fut pris en chasse. C’était le voleur. Sur la rue, on a vu ses comparses prendre également le large.

Aux cris de «  Aux voleurs ! Aux voleurs ! », tout le quartier s’est réveillé et s’est lancé à la poursuite de ces malfaiteurs. Si trois ont pu échapper à la traque, un membre de la bande a été appréhendé. Sur le champ, il a abandonné son butin, à savoir le sac de sa victime contenant des syllabus, et quelques effets vestimentaires et des téléphones qu’il avait volés dans les autres chambres à coucher.

Interrogé sommairement, il a indiqué s’appeler Petit Samy. Il habiterait Makala et ferait partie d’une bande de quatre voleurs. Son âge : environ 15 ans. Son groupe est composé de mineurs qui ont basculé dans la délinquance et la petite criminalité, après des années d’école buissonnière.

Cette nuit-là, sous la surveillance de ses victimes, Petit Samy les promena dans plusieurs coins, pour parvenir après environ d’une heure de recherche, à localiser leur cachette provisoire. C’était sous les arbrisseaux d’un tunnel.

On y a trouvé un autre sac contenant des chaussures, de petits postes de radio, des ordinateurs portables, des fers à repasser et des chargeurs de téléphone.

Petit marché de «  Bonbon sucré », à Bumbu, débouchée pour les butins volés

Alors que les victimes recherchaient d’autres biens, elles comprendront que les autres membres de la bande à Petit Samy avaient emporté les autres butins dont deux postes téléviseurs plasma à écran plat, des pièces wax hollandais et super soso.

Menacé par les badauds en furie de subir « le supplice du collier », Petit Samy a révélé qu’il n’en était pas à son premier forfait. Sa bande qui aligne dix petits voleurs, tous âgés de moins de 19 ans, a opéré des cambriolages dans les maisons d’habitation et certaines maisons de commerce, avant de lancer des  vols à Bandalungwa, quartier Adoula.

Son modus operandi : le groupe recourt aux services d’un complice habitant le quartier Adoula qui lui file des informations sur les victimes potentielles, leur localisation,  leurs biens, leurs habitudes, ainsi que les principales voies pour accéder aux chambres, les tunnels où l’on entrepose provisoirement les butins et par lesquels les malfaiteurs disparaissent.

Conduit sous bonne escorte au poste de police de «  Mbata », le petit malfrat a reconnu les faits. A l’en croire, ils étaient venus à Bandalungwa à 1 H du matin. Les membres du groupe ont revu leur complice pour se rassurer que l’opération allait être lancée tard la nuit. Et c’est vers 2 H 30’ que ces petits voleurs se sont dirigés au domicile de leurs victimes. Sur la rue Bwete, plongée dans l’obscurité, les habitants dormaient profondément. Le petit Samy a grimpé sur le mur de la clôture, avant d’accéder à la fenêtre à l’étage qui était ouverte et assurait l’aération de la chambre à coucher. Dans cette pièce, il a enjambé les enfants qui dormaient. Le petit malfaiteur ne fera que soutirer des téléphones et autres biens qu’il a rangés dans un sac trouvé sur place.

Quant à ses complices, ils avaient pris la poudre d’escampette. Il a toutefois signalé, qu’un petit marché créé dans les parages de l’ancien bar «  Bonbon sucré », à Bumbu, assure l’écoulement des produits volés. Des receleurs y revendent habits, appareils électro-ménagers, téléphones et autres biens. L’enquête est en cours.

J.R.T.