Vive émotion à Gombe : Jean-Jacques Kilua trouvé mort dans son appartement

0
66

C’est hier jeudi 17 juillet 2014, aux environs de 11 heures, que les occupants de l’immeuble « Palmier », sur l’avenue du Port, dans la commune de la Gombe, en face de CCTV, ont appris avec une vive émotion le décès de Jean-Jacques Kilua, patron de la société de gardiennage « Scorpion  Force ». C’était un terrible coup de massue pour les membres de sa famille, amis et connaissances, qui ne s’attendaient pas du tout à une fatalité aussi brutale.

Selon des renseignements recueillis sur lieu, Jean-Jacques Kilua, qui a l’habitude de cohabiter avec un de ses jeunes frères, communement appelé « Prince », pendant ses séjours à Kinshasa – signalons au passage que l’homme était résident en Europe – a passé seul la nuit fatidique ayant précédé sa mort inopinée. Son jeune frère, qui avait dormi en dehors de leur appartement n° A4 – 2, est revenu le matin vers 11 heures. Ayant trouvé la porte d’entrée fermée, il a tout simplement sorti le double de la clef, en vue d’y accéder. Une fois dedans, il a vainement cherché son grand frère. Ne l’ayant pas trouvé dans sa chambre, il a décidé de se rendre à la salle de bain, où il l’a trouvé mort.

En dépit du choc causé par cette macabre découverte, « Prince » s’est empressé d’alerter la police criminelle. Selon des témoins ayant vu le cadavre avant son transfert, du sang coagulé traînait sur le nez du défunt.  

Des sources proches de la famille ont laissé entendre que Jean-Jacques Kilua vivait à cheval entre l’Europe et  Kinshasa. Il occupait l’appartement depuis belle lurette. On indique qu’il aurait regagné la ville à la mi-juin 2014. Né en 1960 (54 ans), il était marié et père d’un enfant. Ce dernier et sa mère résident en Europe. Il était le patron de la société de gardiennage « Scorpion Force ».

 Qu’est-ce qui a été à la base de sa mort ? Aurait-il fait un faux pas dans la salle de bain ? Aurait-il été victime d’un malaise subit ? Aurait-il été victime d’une agression ? Sa mort serait-elle naturelle ? Toutes ces questions restent sans réponses, tant que l’enquête ouverte par la police criminelle n’aura pas livré ses secrets. Il est à espérer que le mystère sera rapidement élucidé par ce service spécialisé de la police.

Dorcas NSOMUE 

LEAVE A REPLY

*